Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 Albert_Nallet.jpg

Albert Nallet : On avait toujours espoir de ne pas partir. Pour la plupart des jeunes appelés du contingent, si on pouvait éviter l’Algérie, c’était bien. C’était trop dangereux, c’était une incertitude, c’était ne pas revenir avant un an, avoir une permission. Non, c’était trop dur.

En tous les cas, pour moi, qui étais engagé dans le mouvement pour la paix en Algérie, j’étais à l’époque à l’Union des jeunesses républicaines de France, je manifestais pour la paix, j’étais convaincu que les Algériens menaient une lutte juste pour leur indépendance, donc pour moi c’était très dur de partir là-bas.

Je partais dans l’inconnu, je ne savais pas comment j’allais me débrouiller avec ça. En 1957, il y avait déjà pas mal de combats, pas mal de morts qui nous arrivaient. Il y avait ce danger-là, participer aux opérations militaires, c’était quand même une appréhension. À la fois on avait des informations mais peu d’informations.

De toute façon on ne connaissait pas le pays, on partait dans l’inconnu. Mais moi, je suis parti d’ici, là je suis dans ma campagne, j’ai quitté ma campagne, je suis descendu par le train dans le Midi, c’est la première fois que j’allais dans le Midi.

On imagine mal aujourd’hui. Je suis resté trois jours à Marseille, puis embarcation sur l’Algérie. Mais c’était l’inconnu et puis cette appréhension de ce qu’on allait connaître. Je me souviens bien de ce voyage en camion d’Alger jusqu’à Fort National, ça a été vraiment la découverte.

C’est drôle parce qu’on ne savait pas et pourtant ça se passait dans ce pays. On ne savait pas, on ne nous disait rien. Mais moi, cette découverte de voir qu’on était dans des camions, protégés par l’aviation, avec des militaires qu’il y avait dans tous les virages stratégiques, armés jusqu’aux dents, les casques, mais c’était une découverte, là, traumatisante d’ailleurs !

On ne savait rien, on nous cachait. On allait participer à des opérations de maintien de l’ordre, voilà, c’est tout ! Et quand il y avait même des accrochages sérieux entre l’armée de libération nationale algérienne et l’armée française, on en parlait difficilement.

L’armée de libération nationale avait toujours beaucoup de morts, dans l’armée française, il n’y en avait jamais, dans les communiqués, il ne fallait pas démobiliser les soldats, il ne fallait pas non plus que la population sache, il y avait ça aussi. On a caché, c’était une guerre… On a caché sa nature, la mission c’était le maintien de l’ordre, ce n’était pas une guerre. C’est le maintien de l’ordre, c’est-à-dire qu’il faut maintenir l’ordre français, on n’appelait pas ça l’ordre colonial, l’Algérie c’était la France. L’Algérie, c’était trois départements Français, donc la Kabylie, c’était la France.

Donc, ce mouvement armé, pour faire aboutir l’indépendance était animé forcément par des hors la loi qu’il fallait éliminer. Et on nous présentait ces combattants algériens, qu’on appelait les hors la loi, qu’on appelait aussi les fellagas, comme des gens ennemis de la civilisation, ennemis de la culture, il faillait donc - la propagande officielle c’était ça – protéger les populations de ces gens-là, qui emmenaient l’Algérie au chaos.

Nous on amenait la civilisation tandis qu’eux c’étaient des sauvages. Cette propagande existait parce qu’on avait réussi à faire croire aux gens que l’Algérie ne pouvait pas être indépendante.

On avait réussi à faire croire, à force de propagande, que les Algériens n’étaient pas capables de se gouverner eux-mêmes, donc, il fallait qu’on soit là et que c’était leur rendre service d’être là. C’est pour ça que quand je suis parti en 57, il y a eu un sondage, je le cite dans mon livre, il y avait 18%, c’est-à-dire moins de 20%, des Français qui pensaient que l’Algérie pouvait accéder à l’indépendance. C’est-à-dire que la propagande officielle avait réussi à faire croire ça. Ça ne pouvait être autrement, c’était des sous-hommes.

   Cliquez sur le lien ci-dessous pour visualiser une vidéo de TF1... Laissez passer la pub... 

http://www.wat.tv/video/algerie-anciens-soldats-ils-4yeth_2i0u7_.html

 

l

 

 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :