Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BUXY  19 MARS 2012

 Album-25-2426-1.JPG

Album-25-0245.JPG

Album-25-0256.JPG

Notre 19 mars 2012, 50ème anniversaire du cessez-le-feu en Algérie a connu une ampleur exceptionnelle. Plus de 300 personnes au monument aux morts à 18h30 à Buxy. Présence de la conseillère générale et maire de Buxy, de la quasi-totalité des maires du canton, de nombreux adjoints et conseillers municipaux ainsi que les  associations d’anciens combattants et autres personnalités, directeurs d’écoles, etc.

Il est bon de souligner que les communes du canton avaient pavoisé.

 

Nous avons eu le plaisir et l’honneur d’accueillir la fille d’Henri CORNE,

Marie-Odile pour la première fois. Elle a déposé une gerbe sur la tombe de son papa tué en Algérie qu’elle n’a jamais connu (elle avait 2 mois lorsqu’il a donné sa vie pour la patrie en Afrique du Nord).

Puis, c’est en compagnie de Madame le Maire  qu’elle a déposé une gerbe au monument aux morts.

Nous avions aussi comme tous les ans, la présence du frère d’Henri Corne adhérent à notre Fédération et de son épouse.

Au cours du vin d’honneur des exemplaires du livre de témoignages du comité ainsi que  quelques médailles du 50ème anniversaire furent remis par le président.

Très nombreuses délégations le matin à Chalon-sur-Saône ville sous-préfecture ainsi qu’à Blanzy au Mémorial.

A midi sonnerie du cessez-le-feu par 2 clairons au Monument aux Morts de Buxy en présence d’une vingtaine d’adhérents, du maire de la commune et de nombreux adjoints et conseillers municipaux.

Donc journée exceptionnelle marquant ce 50ème anniversaire du cessez le feu en  Algérie. Nous n’avons pas failli à notre devoir de mémoire. N’en déplaise à nos détracteurs chroniques, chaque année nous nous souviendrons.

 

                                                                                    Gilbert TOURNIER

 

SAINT-LOUP-GEANGES – 19 MARS 2012

LES ANCIENS d’A.F.N. FIDELES AU 19 MARS

 JJV5825.JPG

Jamais de mémoire, cette cérémonie du 50ème anniversaire du cessez-le-feu en Algérie n’avait connu une telle affluence. Un rendez-vous pourtant peu adapté (12 heures) qui correspond à l’arrêt des opérations en Afrique du Nord.

Pour d’aucuns, cette date est la victoire du FLN, pour le comité national de la FNACA et nous tous ce 19 mars mettait fin à 10 années de conflits. Le général Ailleret donnait l’ordre de cesser les combats par un accord conclu la veille à Evian.

Le président local retraça brièvement ce que fut cette guerre, appelée à l’époque « maintien de l’ordre » ou près de 30.000 appelés sous les drapeaux à l’âge de 20 ans sont morts sur une terre qui n’était pas la leur, revenus dans leur famille dans la plus totale indifférence.

L’ordre du général Ailleret ainsi que le message national ont été lus par les membres de la FNACA. La sonnerie aux morts a été exécutée par un ami qui a dû reprendre le clairon pour la circonstance, abandonné depuis longtemps. Après le dépôt de gerbe au monument aux morts de St Loup, la marseillaise retentit grâce à la sono installée et mise à disposition par la municipalité.

Au cours de la cérémonie quatre récipiendaires se sont vu remettre la croix du combattant.

Le maire Bernard Lacombe devait conclure, en adhérent pleinement tout son attachement à cette date du 19 mars,  remercia toutes les personnes présentes en invitant chacun au recueillement pour le devoir de mémoire et la réconciliation de nos deux peuples.

 

                    Roger GOYARD

  

Luneau

Hommage aux soldats de la guerre d’Algérie

encadres-des-responsables-locaux-et-regionaux-les-drapeaux-.jpg

Encadrés des responsables locaux et régionaux, les drapeaux des neuf communes.   Photo C. M. (CLP)

Entre la réunion à la salle des fêtes et le repas pris en commun les anciens combattants ont rallié le monument aux morts du village en cortège derrière les drapeaux.

Les représentants régionaux ont déposé les gerbes, et se sont recueillis en silence, drapeaux bas, en écoutant les sonneries enregistrées. C’est le représentant de la commune, Bernard Perrichon, premier adjoint, qui a rendu le plus vibrant hommage aux acteurs du dernier conflit de la nation. « La guerre d’Algérie, ce sont 30 000 morts dont beaucoup d’appelés sont tombés loin de leur terre d’enfance, lors de cette guerre qui ne disait pas son nom, car à l’époque on disait maintien de l’ordre. »

L’orateur a décrit les épisodes de ces combats, et surtout les derniers moments particulièrement dramatiques avec les conséquences sur les populations. « Quand on sait que dans nos écoles primaires, le résumé de cette guerre tient dans un paragraphe de deux lignes », s’est-il exclamé. « Les anciens combattants doivent continuer à honorer lors des cérémonies tous ceux qui ont perdu la vie pendant le conflit, et continuer à raconter cette triste période pour lui éviter l’oubli. »

 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :