Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Inauguration de la "Place du 19 Mars 1962
Cessez-le-feu en Algérie"

Lois-Lamoine.jpg

Loïs Lamoine
Maire de Châteauneuf-sur-Loire


Mesdames, messieurs,
Mes chers concitoyens,

Je vous remercie d’avoir répondu nombreux à  l’invitation conjointe du comité local de la FNACA et de la Ville pour cette journée commémorative sur la guerre en Algérie (1er novembre 1954 - 19 mars 1962).

Après avoir découvert l’exposition de la FNACA dans la Galerie du château, nous voici réunis pour inaugurer la « place du 19 mars 1962 – cessez-le-feu en Algérie ».

Je remercie les membres du comité de Châteauneuf et leur président, Monsieur Eugène Hrywniack ainsi que les élus de la Ville qui ont décidé unanimement de doter notre commune d’une place du 19 mars 1962.

memoire_19mars1_v2.jpg

 

Car la France, 120 années durant, a colonisé l’Algérie.

L’Algérie c’était un rêve : un pays immense, assez différent du nôtre pour combler la soif d’exotisme de chaque Français mais assez près pour être rejoint depuis Marseille en un jour ; n’est ce pas !

L’Algérie c’est un pays rempli de richesses, avec des terres fertiles baignées par les eaux tièdes d’une mer généreuse. Une terre de carte postale qui avait, aux yeux des Français d’alors, l’image d’un pays neuf où tout pouvait croître et où la fortune pouvait sourire à quiconque voulait s’en donner la peine…

  

La France, ce grand pays des Lumières, ne s’est pourtant pas comportée différemment des autres : au cours de l’histoire, elle aspira à se doter d’un empire, à posséder, sur la carte du monde, des morceaux de terre, à apprendre à ses enfants que le rôle d’une grande puissance, c’est apporter à d’autres peuples la « civilisation » et le « progrès ».

Mais le monde n’est pas idéal, et, derrière les messages d’une colonisation «civilisatrice», il y a toujours la volonté de s’approprier quelque chose, des terres, des ressources ou le travail des hommes, car les meilleures intentions s’effacent devant l’ambition et la soif de toutes les richesses.

La colonisation française n’a pas fait que du mal, elle est souvent apparue bien plus généreuse que celle menée par d’autres empires mais elle était l’aboutissement d’une conquête, un mot employé par les hommes pour signifier que l’on vole un pays.

Aux yeux d’un peuple colonisé, comment accepter l’occupation de son pays par un autre pays ? Comment abdiquer son droit à décider de la manière dont on veut être gouverné ? Comment renoncer à la façon de suivre ses coutumes face à des usages que l’on cherche à vous imposer ?


Aussi nobles qu’aient pu être les intentions de notre République, une colonisation ne se fait jamais sans une part de violence. La présence française en Algérie, c’était un peu de solidarité dans beaucoup d’inégalités.

Cette colonisation, comme toutes celles que le monde a connues, s’est terminée dans la violence. Une violence que la France a, pendant des années, refusé d’appeler une guerre.
 

Et pourtant, vous pouvez témoigner, vous, les jeunes appelés du contingent d’alors qui avez traversé la Méditerranée pour des «opérations de maintien de l’ordre».

 

Précipités malgré vous au cœur d’un conflit qui ne dit pas son nom.

Vous avez fait «votre devoir», vous l’appelé de vingt ans qui d’opérations de ratissage en embuscades, «d’actions psychologiques» en «corvées de bois», on a obligé à commettre des actes de guerre et parfois des crimes.

Il y a quelques années, j’ai fait la rencontre d’un Castelneuvien, un de vos compagnons d’armes, un de ces hommes qui a laissé une part de lui et une part de France, dans cette guerre. Ce français moyen, comme on ne dit plus, je veux qu’il reste anonyme parce qu’il vous symbolise,  vous tous, aujourd’hui réunis. Son histoire, c’est votre histoire.

La guerre d’Algérie fut, il faut le dire, une des pires épreuves de notre histoire. Elle impliqua la survie de nos institutions et faillit entraîner la fin de la République.

Comment oublier les morts de chaque camp ? Comment oublier les bombes, le terrorisme, qui frappent aveuglément, mais aussi les attentats ciblés, de même que l’usage de la torture ? Comment oublier le putsch d’Alger qui divisa la France arrivant aux frontières de la guerre civile ? Comment oublier le retour des pieds-noirs, à qui l’on offrait le choix entre la valise et le cercueil ? Comment oublier les harkis qui s’offrirent à la France?

L’heure n’est plus au pardon, ni même à cette forme de masochisme qu’on appelle repentance. La France est un tout. L’aimer, c’est accepter en bloc son histoire, avec sa grandeur et ses petitesses, sa gloire et ses lâchetés.

L’heure est à la mémoire, au souvenir de ces jeunes appelés qui se moquaient bien de l’Algérie et qui, loin de leurs fiancées, loin de leurs familles, ont souffert et sont morts.

On ne peut réécrire l’histoire mais l’histoire récente vécue par l’Algérie démontre que cette colonisation n’était pas tenable et que notre France n’avait à gagner, en la prolongeant, que des deuils, de la violence et des larmes.

Souvenons-nous de cette histoire, de la grandeur de nos jeunes soldats qui étaient nos pères, nos oncles ou bien nos grands pères.

 

  


La France ne s’abaissera pas à oublier ceux qui se sont battus pour elle.

 

memoire 19mars2 v2

   

La France se grandira au contraire en célébrant la seule date historique : le 19 mars 1962, le jour du cessez-le-feu au lendemain des accords d’Evian.

En réécrivant l’Histoire et en refusant de s’accorder sur la date de la fin de la guerre d’Algérie, la France confirme son incapacité à tirer des leçons et à tourner la page de son histoire coloniale.

Pour notre part, nous sommes réunis aujourd’hui devant cette place du 19 mars 1962 afin d’avoir une pensée émue pour toutes les victimes de la guerre d’Algérie.

La France se grandira en célébrant toujours ceux qui ont porté et sont morts sous l’uniforme de ses armées.


Loïs Lamoine
Maire de Châteauneuf-sur-Loire
Vice-président de la Communauté de Communes des Loges

 

Châteauneuf-sur-Loire
La mairie hébergée dans le château
La mairie hébergée dans le château
 
Armoiries
Détail
logo
Administration
Pays France
Région Centre
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Châteauneuf-sur-Loire
Code commune 45082
Code postal 45110
Maire
Mandat en cours
Loïs Lamoine
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes des Loges
 
Site Web www.chateauneuf-sur-loire.com
Démographie
Population 7 708 hab. (2006)
Densité 193 hab./km2
Gentilé Castelneuviens
Géographie
Coordonnées 47° 51′ 58″ Nord
       2° 13′ 23″ Est
/ 47.8661111111, 2.22305555556
Altitudes mini. 100 m — maxi. 131 m
Superficie 40,01 km2
 

                                                                                              

PI5803-hr.jpgimages133698505.jpg3335224311773648.jpg21612018.jpgla-20loire.jpg

24978012.jpg

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :