Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

http://www.leprogres.fr/loire/2013/05/07/des-anciens-combattants-inquiets-de-la-perte-des-valeurs-de-fraternite

8-Mai. À l’occasion de la commémoration de l’armistice de la guerre de 39-45, nous avons rencontré d’anciens combattants afin de leur demander si la montée des idées extrémistes, de tous bords, et la situation économique catastrophique en France et en Europe ne leur rappellent pas le spectre précédant les années du dernier conflit mondial.

 FIRMINY.jpg

Louis Voltini de l’Union Fédérale des Anciens Combattants et Prosper Chiappini du Souvenir Français et de l’Union Départementale des Anciens Combattants. Photo Sabine Perrault

«Nous sommes des enfants de la guerre, nous l’avons vécue, en avons souffert et pour rien au monde nous ne voudrions revivre ces moments tragiques. Et encore moins que nos enfants et petits-enfants les connaissent», s’expriment ainsi, d’une même voix, Prosper Chiappini, Louis Voltini et Jean Limousin.

Tous trois sont des anciens combattants de la dernière guerre mondiale ou de celle d’Algérie et estiment être de leur devoir de commémorer ces conflits. «Une action encore plus importante de nos jours face à la montée des extrêmes en France et en Europe», ajoutent-ils. Ils sont principalement inquiets pour la jeunesse «qui manque de repères et à qui il faut souvent rappeler les valeurs de fraternité». Des visites sont donc organisées avec des lycéens et collégiens sur des sites historiques. Et Jean Limousin de rappeler la condamnation des actions de l’OAS (Organisation de l’Armée Secrète) contre l’armée française et la population algérienne, après le cessez-le-feu du 19 mars 1962.

«Depuis quelques années, de plus en plus de stèles de commémorations, de tombes sont profanées, des drapeaux brûlés. Ce sont des signes qui nous inquiètent». Les compères avouent tout de même que la situation économique et sociale ne facilite pas la vie de la jeunesse aujourd’hui. «Ils ne croient plus en rien et sont tentés par les discours des extrémistes, de ceux qui aboient le plus fort en leur faisant croire qu’ils ont la solution».

Ils déplorent également le mauvais fonctionnement de la communauté européenne, l’impuissance et les cafouillages de la gauche comme de la droite. «Trop soucieuse du marché, qui n’arrive pas à surmonter la crise économique, qui n’a jamais pensé à une Europe sociale. Du pain béni pour les extrêmes». Pour ces anciens combattants, l’Europe a un rôle à jouer. Elle doit se renforcer, surtout sur le plan politique et doit être unie économiquement et socialement. «Le général De Gaule a pensé à sa construction au sortir de la guerre et elle nous a permis de vivre en paix pendant presque 70 ans. Mais jusqu'à quand si elle s’effondre ?»

Sabine Perrault

 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :