Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

http://detoutunpeu.plus.over-blog.com/article-guerre-d-algerie-guerre-d-afghanistan-101467192.html

 

........... Ce matin, en datant un courrier, j'ai écrit "le 13 mars ", c'est six jours avant le 19 mars. Pourquoi préciser cette date? Parce que ce sera le jour de la commémoration de la signature du cessez-le-feu en Algérie en 1962........... J'étais revenu de cette guerre deux ans plus tôt.

Cela vous dit quelque chose? Si vous êtes parmi les huit français sur dix qui associent cette date à cet évènement célébré par une association d'anciens combattants de cette guerre vous savez sans avoir lu les premières lignes de cet article, que ce cessez-le-feu date de cinquante ans........... pourquoi rappeler un évènement vieux d'un demi siècle? Parce que les médias s'en sont faits l'écho tant dans une certaine presse écrite que sur une chaine TV.

Une certaine presse titre "cette guerre qui pouvait être évitée" c'est à mon avis moins sûr, mais là n'est pas mon propos. Mon propos n'est pas de faire l'apologie de la politique de l'époque mais de mettre l'accent sur ce qu’a été cette guerre pour ceux qui y ont été engagés malgré eux, comparée à celle où sont engagés les soldats de l'armée de métier de maintenant.

A une époque pas très lointaine, un éminent éditorialiste d'une presse de renom avait écrit un article sur les évènements qui perturbaient la vie intérieure algérienne, et en avait fait une extension sur la guerre que la France y avait menée il y a cinquante ans en la décrivant de "guéguerre" ........... Il faut préciser que l'Etat français à cette époque n'avait pas encore reconnu qu'il s'agissait bien d'une guerre qui avait été menée.

Cet éditorialiste devait s'appuyer sur les conflits qui avaient secoué l'humanité et, évidemment en faire une comparaison paraît tout à fait inaproprié.

Quelque furent les guerres, un projectile qui trouve sa cible, un homme en l'occurrence, pour lui c'est la fin du monde.......... Pour ce qui est de la guerre d'Algérie trente mille militaires appelés du contingent y ont trouvé la mort en huit ans de conflit. Combien sont tombés en Afghanistan en onze ans de présence sur ce territoire?

J'ai pu suivre une émission de TV récemment sur ce sujet. C'est le jour et la nuit entre les deux guerres. D'abord en pertes humaines..... ensuite l'anonymat des victimes tombées en Algérie qui n'avaient pas les honneurs rendus à celles tombées en Afghanistan, en y associant la France entière avec les moyens de communication modernes que l'on connait, mais une discrétion absolue qui consistait à laisser au maire de la commune où résidait le soldat la lourde tâche d'aller, accompagné de deux gendarmes, annoncer la triste nouvelle à la famille.

Une autre différence, celle du volontariat actuel qui s'il existait également à l'époque était marginal. Aujourd'hui, les jeunes hommes qui sont envoyés en Afghanistan sont des volontaires payés qui peuvent rompre leur engagement en cours........ tel n'était pas le cas à l'époque de la guerre d'Algérie. 

Autre différence, l'engagé d'aujourd'hui perçoit une paie conséquente alors qu'à l'époque l'appelé recevait une solde au-delà seulement de dix huit mois de présence au corps. Quand on dit solde c'est d'un très faible montant qu'il s'agissait.

J'ai été appelé sous les drapeaux en septembre 1957 et j'ai été libéré de mes obligations militaires en décembre 1959. J'ai été envoyé en Algérie en janvier 1958,  j'y ai donc servi 24 mois dans une unité combattante et opérationnelle. Le 25e Régiment de Dragons. J'y ai vécu des moments difficiles ayant participé à tout ce que l'armée était appelée à faire. Cette période m'a incité à écrire des poèmes thérapeutiques, le premier que j'ai écrit m'est venu en me rappelant une histoire que j'avais lue dans un livre d'enfant et qui racontait que des gens pour se débarrasser de leur chien allait le jeter au fond d'un puits où d'autres chiens avaient été jetés. Les pauvres animaux rendus fous, s'entre-déchiraient..........

jeté dans un gouffre
où gronde la terreur
tu trembles tu souffres
tu as peur  tu meurs

tu ne connaissais pas la misère
que les hommes ces fous
se complaisent à faire
pour beaucoup d'entre nous

mais un jour brutalement 
une feuille est venue
te disant sévèrement
viens c'est alors que tu sus

que la vie n'est pas faite
de miel et d'amour
tous les jours
et de contentes fêtes

...................et puis cet autre...........

dans le petit matin
émergeant de l'horizon
le soleil apparait soudain 
illuminant les dragons

déployés sur la plaine
marchant comme des paysans
leur visage reflète une peine
celle de possibles mourants

il a vingt ans 
a du courage
un coeur d'enfant
et il enrage

si aujourd'hui
la mort le prend
mais pourquoi lui
et pas Bertrand

il ne doit pas mourir
là bêtement
loin du sourire
de sa maman

près du soleil des éclairs jaillissent
comme un jeu de quille les soldats s'aplatissent
les yeux peureux deviennent des fentes
les doigts nerveux cherchent les détentes

qu'est-ce cette douleur dans son ventre
est-ce la peur qui remue dans son antre


là-bas le soleil rougit
les bruits sont plus sourds
il ne faut pas rester ici
mais le fusil est lourd

un homme est sur lui
et qui le tourne
lui ouvre son habit 
et le retourne

la balle est entrée d'un seul coup
et ce méchant bout de ferraille
lui a labouré les entrailles
en y faisant un vilain trou

dans une brume légère
qui lui apparaît
le visage de sa mère 
transparaît

d'une main il agrippe la terre
de l'autre celle de l'infirmier
il ne veut pas qu'on l'enterre
il veut vivre fermier

une herbe bouge près de son oeil
une coccinelle y est accrochée
une larme roule de ce même oeil
sur sa joue blanche immaculée

il lève la tête dans un sursaut
comme un poids elle retombe aussitôt
l'infirmier se relève et s'éloigne en rampant
serait-ce son tour maintenant.......

 

Tag(s) : #Associations