Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

NON A L’HOMMAGE AU TERRORISTE CLAUDE PIEGTS

tombepiegts-4b1b0.jpg

Sur sa tombe est déposée cette plaque qui est tout un symbole puisque l’inscription : "On pense A lui Sans cesse" est sur 3 lignes qui commencent par les 3 lettres OAS. Cette plaque a été réalisée par l’ADIMAD-OAS. La mention "mort en héros au trou de l’Enfer" est aussi plus qu’indécente.

******************************************************

- à l’attention de Mesdames et Messieurs

les adhérents, amis et correspondants

de l’Anpromevo -

Paris, 5 juillet 2013.

Madame, Monsieur,

J’appelle aujourd’hui votre attention sur les deux correspondances ci-annexées.

Elles ont été adressées, le 25 juin, respectivement à la maire du Touvet et au préfet de l’Isère par un collectif d’associations opposées à la transfiguration du terrorisme telle que pratiquée dans quelques cimetières de France par les anciens criminels de guerre de l’OAS, leurs descendants et autres ultras de l’Algérie française.

L’hommage glorifiant dont Claude Piegts a, cette année encore, été l’objet dans l’arrondissement de Grenoble a suscité une protestation d’une vigueur inaccoutumée.

Cependant, les modalités suivant lesquelles Mme Laurence Théry, maire, est, cette année pour la première fois, intervenue dans le débat n’ont pas convaincu, non plus que le travail des gendarmes "actionnés" par le préfet le dimanche 9 juin.

Les courriers ci-joints, dont l’Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS (Anpromevo) est cosignataire, tendent à demander à l’une comme au second de clarifier leur positionnement à l’égard d’initiatives attentatoires aux valeurs et principes de la République.

Cette démarche n’exclut pas que l’État et la représentation nationale se saisissent enfin de la progression continue du révisionnisme, dont les manifestations apparaissent particulièrement indignes et choquantes dans une région telle que Rhône-Alpes : là peut-être davantage qu’ailleurs, le monde combattant ressent nécessairement comme une ignominie le fait qu’un haut fonctionnaire Mort pour la France puisse voir l’un de ses tueurs honoré tel un martyr par les membres d’une association (Adimad-OAS) nouvellement dénommée "Mémoire de la résistance Algérie française (MRAF)".

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’assurance de mes salutations les meilleures.

Jean-François Gavoury

Président de l’Association nationale

pour la protection de la mémoire

des victimes de l’OAS (Anpromevo)

 *************************************************************************

25 juin 2013

Madame Laurence Théry

Maire du Touvet

700, Grande-Rue

38660 Le Touvet

Madame le Maire,

En reprenant les termes de l’ arrêté du préfet de l’Isère n° 2013151-0010 du 31 mai 2013 interdisant « tout rassemblement à caractère revendicatif aux abords et à l’inrieur du cimetière du Touvet (Isère) durant la journée du 2 juin 2013 » (date initialement annoncée pour la manifestation du 9 juin, objet de notre protestation), vous avez, par arrêté, décidé de fermer le cimetière communal durant la journée du 9 juin 2013, interdisant ainsi son accès à toute personne.

Cette mesure devait en tout premier lieu s’appliquer aux associations instigatrices de l’hommage à Claude Piegts, membre de l’Organisation armée secrète (OAS) condamné à mort par le Tribunal militaire de Paris le 30 mars 1962 et exécuté le 7 juin 1962 à la suite de sa participation, le 31 mai 1961, à l’assassinat du commissaire central d’Alger, Roger Gavoury, cité à l’ordre de la Nation et dont l’acte de décès porte la mention « Mort pour la France ».

L’appel à ce rassemblement justifiant l’arrêté du préfet.

Bien que nous ayons été tenus à l’écart, nous avons pu constater que, moyennant la complaisance et sous la protection des forces de gendarmerie préalablement munies des clés du cimetière, les anciens complices ou admirateurs de ce criminel ont pu pénétrer à l’intérieur du site et y pratiquer collectivement leur cérémonie commémorative des forfaits de l’OAS, de la façon qu’ils souhaitaient et en totale violation à la fois de décisions administratives exécutoires et des valeurs républicaines ayant inspiré notre mobilisation.

Si nous avons été sensibles à l’intention que vous avez affichée en prétendant procéder à la fermeture du cimetière, nous ne pouvons que protester contre le manque de fermeté dont vous avez fait preuve en vous soumettant au déni de votre autorité.

Votre arrêté ajoutait : « Tout contrevenant à cette interdiction est passible de sanctions pénales ». Des poursuites seront-elles engagées ?

À partir de l’ensemble de ces faits, les associations soussignées sont en droit de s’interroger sur les circonstances qui ont pu conduire à un tel abandon de la puissance publique ainsi qu’à une telle permissivité à l’égard d’anciens factieux et de membres de mouvements extrémistes, hostiles à la République, à ses valeurs et à son unité.


Elles en saisiront les ministres et parlementaires concernés.

Elles sont fondées à considérer qu’elles devront à l’avenir prendre d’autres dispositions, plus déterminées, si d’aventure d’autres cérémonies de cette nature étaient envisagées, au mépris des valeurs de liberté et de justice portées par des serviteurs de l’État morts pour la France, tels que Roger Gavoury.

Veuillez agréer, Madame le Maire, l’expression de nos salutations distinguées.

Pour le collectif d’associations signataires

A. GONTRAN

*****************************************************************

25 juin 2013

Monsieur le Préfet

 de l’Isère

       Cabinet Préfecture

               de l'Isère

      12 place de Verdun

CS 71046

     38021 Grenoble

          CEDEX 1

 

Monsieur le Préfet,

Par votre arrêté n° 2013151-0010 du 31 mai 2013, vous avez interdit « tout rassemblement à caractère revendicatif aux abords et à l’intérieur du cimetière du Touvet (Isère) durant la journée du 2 juin 2013 » (date initialement annoncée pour la manifestation du 9 juin, objet de notre protestation),

De toute évidence, cette mesure devait en tout premier lieu s’appliquer aux associations instigatrices d’un hommage provocateur à Claude Piegts, membre de l’Organisation armée secrète (OAS) condamné à mort par le Tribunal militaire de Paris le 30 mars 1962 et exécuté le 7 juin 1962 à la suite de sa participation, le 31 mai 1961, à l’assassinat du commissaire central d’Alger, Roger Gavoury, cité à l’ordre de la Nation et dont l’acte de décès porte la mention « Mort pour la France ».

L’appel à ce rassemblement justifiant l’arrêté du préfet.

Bien que nous ayons été tenus à l’écart, nous avons pu constater que, sous la protection des forces de gendarmerie dépêchées sur place et préalablement munies des clés du cimetière, les anciens complices ou admirateurs de ce criminel ont pu pénétrer à l’intérieur du site et y pratiquer collectivement leurrémonie commémorative des forfaits de l’OAS, de la façon qu’ils souhaitaient et en totale violation à la fois d’un arrêté municipal exécutoire et des valeurs républicaines ayant inspiré notre mobilisation.

Notre réprobation ne pourrait être que plus forte s’il devait apparaître que cette abdication de l’autorité administrative avait été le fruit d’une négociation trompeuse vous ayant conduit à imaginer que ces nostalgiques de la dition armée contre l’État renonceraient effectivement à leurs propos les plus excessifs et à leurs oripeaux ostentatoires en échange d’une scandaleuse tolérance.


L’arrêté de la maire du Touvet ayant précisé que toute infraction à l’interdiction d’accès au cimetière le 9 juin exposerait son auteur à des sanctions pénales, le rôle des gendarmes, chargés de veiller à son application, mérite d’être clarifié par vos soins.

Les faits exposés tendent à démontrer que le droit et les valeurs de la République ont été bafoués au-delà même des intentions des organisateurs de la manifestation d’hommage à une organisation terroriste.

S’agissant de défaillances fautives de la puissance publique, les associations soussignées entendent saisir les ministres et parlementaires concernés.

Elles s’engagent par ailleurs à faire acte à l’avenir dune plus grande détermination si, d’aventure, d’autres cérémonies de cette nature devaient être envisagées, portant atteinte aux valeurs de liberté et de justice portées par des serviteurs de l’État morts pour la France, tels que Roger Gavoury.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de notre considération la meilleure.

Pour le collectif d’associations signataires

A. GONTRAN

*****************************************************************

  img467

 

 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :