Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

criee2_932039_465x348.jpg

http://www.elwatan.com/actualite/le-ridicule-des-nostalgiques-de-l-algerie-francaise-31-03-2012-164898_109.php

Cinquante ans après, les haines et les colères sont toujours là. Elles attendent la moindre occasion pour jaillir. Et le colloque Marianne/El Khabar, qui s’est ouvert hier à Marseille, a, avant même l’entame des débats, provoqué des remous.

Marseille (France).
De notre envoyée spéciale

 

Car, en ce cinquantenaire de l’Indépendance, les sensibilités sont toujours aussi vivaces, tout particulièrement chez les «nostalgiques de l’Algérie française». Ils étaient près d’une cinquantaine à manifester devant les portes du théâtre de la Criée qui abrite ces rencontres jusqu’à demain. Hommes, femmes, rapatriés ou vétérans, et même quelques personnes plus jeunes ont entamé leur démonstration vers 10h, bien avant les conférences. Tandis que des drapeaux français étaient déployés, certains «ultras» arboraient autour du cou des pancartes avec la photo du maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, serrant la main de la moudjahida Zohra Drif-Bitat, avec pour légende «Honte au maire de Marseille J.-C. Gaudin et à la tueuse de pieds-noirs». Des vétérans ont pour leur part sorti médailles, galons et autres écharpes. C’est au chant de La Marseillaise, l’hymne national français, que l’ordre de ralliement est donné. Calme au début de la matinée, le ton monte à mesure que la foule grossit et que l’ouverture du colloque approche.

Le but est clair : empêcher coûte que coûte la tenue de cet événement qui donne la parole «aux assassins et aux traîtres», vocifèrent les manifestants. «Une demande d’annulation a même été introduite par des associations de rapatriés d’Algérie, en vain», affirme un pied-noir.
Bloquant l’entrée principale de l’édifice, les mécontents n’en démordent pas : ils ne laisseront personne passer. «FLN assassin», «Algérie française», «Terroristes, traîtres» sont quelques-uns des slogans lancés rageusement par la foule, sous les yeux étonnés des badauds et le regard dépité de quelques personnes venues assister aux débats. «Je ne comprends pas qu’après 50 ans, la haine soit toujours là. Ils ont arrêté de réfléchir en 1962», souffle, dans un hochement de tête, un rapatrié natif de Constantine. Et il n’est pas rare que des altercations éclatent entre les manifestants, le public et de simples passants. «Je suis de votre tribu mais je ne partage pas votre haine», lance un rapatrié «adepte de Camus» attendant de participer à l’une des conférences. Une septuagénaire se fait même vertement prendre à partie lorsqu’elle tente d’accéder aux portes d’entrée. «Traîtresse ! Collabo !», hurle une femme. «Je n’ai de leçon à recevoir de personne. Je suis née en Algérie et j’ai dû la quitter dans la même douleur», rétorque-t-elle. S’ensuivent de longues conversations où les deux parties haussent le ton. «Ils voulaient leur indépendance, qu’ils restent chez eux !», s’époumone une «ultra».


Récupération politique


Un jeune homme, la trentaine, écharpe jaune et rouge sur l’épaule, approche du groupe et tente de s’immiscer dans la conversation. «Je suis le conseiller régional du Front national», dit-il en tendant la main avec un sourire. «Il est hors de question que je vous salue. Vous êtes le mal de ce pays», rétorque violemment la septuagénaire en tournant les talons. «Cela ne m’étonne pas que vous soyez là pour faire dans la récupération», commente, acerbe, un sexagénaire.
Les slogans laissent parfois la place aux actes de violence ou agressions. Les manifestants n’ont ainsi pas hésité à jeter des œufs sur les personnes qui essayaient de passer les portes. De même, des intervenants algériens, tels Abderahmane Hadj Nacer ou Sofiane Hadjadj, se sont fait huer et insulter : «Fellaga, rentre chez toi, assassin». Ils ont dû battre en retraite afin de pénétrer dans le théâtre de la Criée par une porte dérobée.

Il faudra attendre plus d’une heure pour qu’un cordon de sécurité soit installé. Pourtant, il semblerait que les organisateurs avaient prévenu les autorités locales de ces menaces de perturbation. Une manifestation  devrait aussi être tenue aujourd’hui, au deuxième jour du colloque. Mais ces nostalgiques n’ont pas qu’exprimé leur colère dans la rue ; ils ont interrompu à maintes reprises le cours des débats. «Je ne les comprends pas. Ils auraient voulu que la France reste le pays d’avant 1962, qui n’avait pas droit de cité, qui était isolé, qui était critiqué pour les violations aux droits de l’homme», a d’ailleurs commenté Jean-François Kahn au cours de son intervention. «Ceux qui ont fait le plus de mal parlent maintenant. Et ceux qui ont le plus de difficultés avec la présence des Algériens en France sont ceux qui auraient voulu rester en Algérie.»  

Ghania Lassal

954482-1127628.jpg
http://www.marianne2.fr/Manifestation-des-rapatries-episode-2_a216744.html
Manifestation des rapatriés : épisode 2
Une quarantaine de rapatriés sont arrivés en début d’après-midi pour faire part, une fois encore, de leur colère face à cette rencontre dont ils estiment avoir été exclus. Ils sont moins nombreux qu'hier devant La Criée, mais nettement plus virulents.

«Pourriture ! Collabo ! Assassin !», s’écrient plusieurs manifestants à l’arrivée de Jean-Louis Bianco, président du Conseil général des Alpes-de-Haute-Provence, député et ancien ministre. Les barrières, remparts entre les CRS et les rapatriés, se mettent à trembler. D’autres exclamations se font entendre « En France, il n’y a plus rien de français ! On est mort ! ». Ou encore « Nos ennemis sont défendus par les forces de l’ordre ! » Des cris assortis de jets d’œufs sur les intervenants.

Tous se déclarent scandalisés par la présence de ceux qu’ils considèrent comme des « meurtriers ». A chaque arrivée d’intervenants, les insultes vont crescendo : « Connasse », « Complices d’assassins ». « A la Libération, on fusillait les collabos et voyez la place qu’on donne à ceux du FLN ». « On leur déroule même le tapis rouge ! », surenchérit un manifestant.

Face à cette colère, les intervenants passent. Mais sous les huées, ils ne baissent pas la tête, au contraire, leurs regards se croisent, se fixent, ils sourient et entrent dans le théâtre.

Le calme pendant la tempête

Bien que le sentiment de trahison soit partagé par tous, certains manifestants, plus discrets, en appellent au pacifisme. « Je suis ancien Para ; j’étais en Algérie. J’ai vu et vécu des horreurs. Et malgré tout, je manifeste pacifiquement. » Plusieurs personnes ont insisté sur le fait qu’ils étaient présents pour supporter leur cause et exprimer leur mécontentement, mais en aucun cas pour insulter. Preuve qu’une camaraderie a même fini par s’installer entre certains manifestants et membres des forces de l’ordre, une policière se marre face aux huées constantes : « Je ne suis pas sourde », leur lance-t-elle !

Des partisans du Front national sont là. Mais eux se font discrets à l’arrière de la foule. Un peu à l’écart aussi, une dame âgée, déléguée régionale du Parti de la France, pied-noir, reste tout aussi discrète. Interpellée, elle avoue, d’un ton calme et solennel, «  être très triste pour les combattants de l’OAS péris ou emprisonnés par le pouvoir Gaulliste, pour les Harkis qui se sont engagés aux côtés de l’armée française et qui ont été massacrés ». Des partisans du Front national sont là aussi.

Le théâtre de La Criée, lieu symbolique de partage et d’émotion, cet espace où résonnent habituellement les applaudissements, a accueilli à ses portes pour le deuxième jour consécutif les cris et la révolte de ces rapatriés, qui se considèrent comme trahis, une nouvelle fois, cinquante ans après…

************************************************************************

Mais rassurez-vous, finalement tous les débats prévus, tous plus passionnants les uns que les autres ont bien pu se dérouler normalement, ces deux premiers jours... Félicitons les organisateurs. 

LA SUITE DEMAIN CAR LES ULTRAS DE L’ALGERIE FRANÇAISE ACCOMPAGNES DE LEURS AMIS DU FRONT NATIONAL, A LEUR RESCOUSSE, ANNONCENT UNE NOUVELLE MANIFESTATION

 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :