Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 Audin

 

En 1957, en pleine guerre d'Algérie, notre jeune collègue, Maurice Audin, assistant de mathématiques à l'Université d'Alger, était arrêté, torturé et "disparaissait " au cours d'une "évasion ". A ce jour sa famille ne connaît toujours pas le sort réservé à Maurice Audin, mort à la suite des tortures. Les plus hautes autorités civiles et militaires françaises ont toujours couvert les responsables de ce forfait.
Dès qu'ils ont été informés de l' "évasion " de Maurice, en juillet 1957, Laurent Schwartz et un groupe d'intellectuels français ont créé un Comité Audin, comité dont l'un des objectifs était de connaître la vérité sur la mort de notre collègue.

 Parmi les actions lancées par le Comité Audin, pour sensibliser la communauté mathématique nationale et internationale, un Prix de Mathémathiques Maurice Audin avait été créé ; il a été décerné chaque année entre 1957 et 1963. La fin de la guerre d'Algérie et la mise en sommeil du Comité ont laissé dans l'ombre l'Affaire Audin.

Au cours de l'année 2003, des initiatives ont permis une relance de la recherche de la vérité sur le cas de Maurice Audin : parmi ces initiatives il faut citer la décision de la Mairie de Paris de donner le nom de Maurice Audin à une place du 5ème arrondissement, inaugurée le 26 mai 2004, les projets d'intervention d'un groupe d'universitaires de Strasbourg, le colloque en l'honneur de Laurent Schwartz à l'Ecole Polytechnique, au cours duquel a été évoqué le rôle de Laurent Schwartz dans le Comité Audin. En 2002, quelques semaines avant sa disparition, Laurent Schwartz avait accueilli avec intérêt le projet d'un nouveau Prix Maurice Audin.

 Rappelons brièvement l'affaire Audin. En pleine bataille d'Alger, Maurice Audin est arrêté chez lui, sur dénonciation, le 10 juin 1957, par des parachutistes français chargés du maintien de l'ordre. Sa femme, Josette, et ses trois jeunes enfants ne le reverront plus jamais. Il est mort sous la torture, vraisemblablement le 21 juin 1957 ; entre les deux dates du 10 et du 27 juin 1957, un des rares témoins à l'avoir rencontré est Henri Alleg, journaliste, arrêté et torturé lui aussi ; il est l'auteur d'un livre de témoignages sur la torture: " La Question ".

Qui était Maurice Audin ? Un jeune mathématicien algérois, assistant de mathématiques à l'Université d'Alger, militant de la cause anticolonialiste ; il luttait pour le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Il avait entrepris, dans des conditions difficiles, la rédaction de sa thèse qu'il devait soutenir. Pour mettre au point le déroulement de la soutenance, qui ne pouvait se faire qu'à Paris, sur les conseils de son directeur de recherches, René De Possel, il était venu à Paris rencontrer Laurent Schwartz qui, après examen du travail de recherche de Maurice Audin, avait demandé quelques modifications tout en acceptant le projet de soutenance à brève échéance.

Dès qu'elle a le pressentiment de la mort de Maurice, Josette Audin informe Laurent Schwartz de la disparition de son mari. Laurent Schwartz essaie de s'informer, mais devant le mutisme ou les mensonges des autorités politiques et militaires de l'époque, il décide avec le soutien de quelques intellectuels de lancer, au second semestre de l'année 1957, le " Comité Audin " dont l'un des objectifs est de connaître la vérité sur la mort de Maurice. L'un des animateurs de ce comité, Pierre Vidal-Naquet, a écrit plusieurs ouvrages sur l'affaire Audin et la torture en Algérie. Quelques informations distillées par les autorités civiles et militaires de l'époque laissent supposer que Maurice Audin se serait " évadé " au cours d'un transfert. Aujourd'hui, la thèse officielle sur la disparition de Maurice est toujours celle de l'évasion !

 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :