Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Collège Cassin DE MARCIGNY (BOURGOGNE)

Un déporté survivant raconte

 getCA2Q3LI2.jpg

 

Les élèves de 3e ont écouté Raymond Juillard qui a connu le camp d’Ohrdruf, qui a fait 14000 morts en 9 mois. Photo C.-E. B.

Raymond Juillard est l’un des trois déportés français des camps nazis encore en vie. Son récit, lundi, a bouleversé des collégiens de 3e.

J’avais environ votre âge quand les Allemands m’ont emmené dans les camps ».

Raymond Juillard a l’œil humide lorsqu’il évoque cette période.

Aujourd’hui âgé de 84 ans, il vit paisiblement dans sa campagne natale à Bussières, dans le Mâconnais.

Mais lorsqu’il remonte dans son passé, les images se bousculent dans sa tête.

« Tout a démarré le 27 août 1943. J’avais 17 ans et j’ai été arrêté par la Gestapo à Bussières alors que j’avais rendez-vous avec un maquisard au monument aux morts de Bussières. J’avais des cartes de viandes dans la poche », se souvient Raymond.

Transféré à la prison de Montluc à Lyon, il est alors interrogé par Barbie, celui-là même qui arrêta plus tard le célèbre Jean Moulin.

« Je tremblais comme une feuille lors de l’interrogatoire. J’en ai eu honte très longtemps. Mais aujourd’hui, je vous le dis car c’était normal en fait », sourit, pudique, l’octogénaire.

Ce n’était en effet que le début de l’enfer pour Raymond.

Transféré au camp de Buchenwald, il va en connaître six en tout avant le miracle de la Libération. « C’est la deuxième fois où j’ai d’ailleurs pleuré après la prison de Montluc ».

Affaibli psychiquement et physiquement à son retour, Raymond retrouva sa chère commune de Bussières à son retour, dont il fut maire pendant 30 ans.

Le livre de Raymond Juillard sur l’histoire de sa vie, La caisse de grenades est en vente actuellement au Point Virgule, en centre-ville à Paray-le-Monial.

Charles-Edouard Bride

 

DÉCÈS : L'ancien maire de Bussières

 (Saône-et-Loire – Bourgogne)

 Raymond Juillard, s'en est allé

 

RAYMOND-20JUILLARD.jpg

Il connut la déportation dans les camps nazis

 

Il y a quelques années, il était journaliste à la radio et au Patriote, Raymond est décédé vendredi 25 janvier 2013 à l'âge de 86 ans, il fut maire du petit village de Bussières, à côté de Mâcon, pendant 30 ans.  
Déporté dans les camps nazis à 17 ans, il connut l'Hôtel des Champs Elysées, Kommandantur à Mâcon, la prison de Montluc à Lyon, le camp de regroupement de Compiègne, puis le convoi ferroviaire tragique vers le camps de Buchenwald le 14 décembre 1943. Et toutes les horreurs de la guerre évidemment : la faim, la peur, la maladie, le cannibalisme du stalag 10B... Le 29 avril 1945, les infirmiers écossais de l'armée britannique le sauve de justesse. Il écrira dans La Caisse de grenade : "Je suis devenu une bête sauvage. Pour survivre, je lèche mes plaies, j'avale mon sang. je ne suis plus qu'un cadavre vivant. 40 kg alors qu'à 17 ans, j'avais 70 kg de muscles ! Quelle déchéance." Oui, 70 kg de muscles pour être le puissant avant-centre de la mêlée de l'équipe scolaire de rugby de Mâcon.
Rapatrié en 45, il mettra 10 ans à revivre, à guérir de la tuberculose contractée dans les camps de la mort. Puis il choisira l'action et la mairie de Bussières pendant 30 ans, animateur économique et social de sa région.
Il était également président d'honneur des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de Saône-et-Loire.

  Raymond Juillard, ancien déporté et écrivain en Saône-et-Loire (Bourgogne)

Documentaire de 23 minutes sur la vie de Raymond Juillard, déporté en Allemagne à l'âge de 17 ans et ayant survécu à plusieurs camps, maire de Bussières pendant 30 ans et  écrivain.

fleche003d

 

 

 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :