Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A Montcoy : LA TRAGEDIE DU 4 AVRIL 1944

Pour ne pas oublier

La FNACA présente avec son drapeau

 Montcoy.jpg

 

Toujours la même participation fidèle à cette commémoration

Photo Méjo

Le 67e anniversaire de la tragédie du 4 avril 1944 a été célébré. L’occupant allemand avait mené une attaque contre plusieurs villages.

Pour commémorer le 67e anniversaire de la tragédie du 4 avril 1944, M. Voiret, conseiller général et maire de Montcoy, accueillait J.-L. Vernay, représentant le président du conseil général, les maires du canton et des communes voisines, M. Gaultier, du comité chalonnais Anacr, le général Lacour, du comité entente Résistance et Déportation du Chalonnais, les représentants du comité d’entente ACUF et ACPG, du comité FNACA de Saint-Martin, du centre de secours de Saint-Martin-en-Bresse, les 23 porte-drapeaux des associations patriotiques, les représentants de la brigade de gendarmerie et les jeunes sapeurs-pompiers du centre de secours de Saint-Martin-en-Bresse étaient présents.

Le cortège, emmené par la batterie-fanfare de Saint-Martin, est venu se recueillir devant le monument aux morts où un dépôt de gerbes fut effectué.

M. Voiret a remercié tous les participants fidèles à ce devoir de mémoire, rappelant les faits historiques de cette journée du 4 avril 1944 où l'occupant allemand a mené des attaques contre ces villages complices avec les maquisards. Encerclée par un millier de soldats allemands et la tristement célèbre milice chalonnaise, la commune de Montcoy fut ratissée. Le bilan fut lourd, habitants pris en otage, maisons incendiées et neuf personnes déportées dans les camps de la mort. Deux d'entre elles survécurent, Paul Langereux, décédé, et Gabriel Girardeau, disparu en octobre 2010. Il ne reste que les témoins oculaires qui deviennent les nouveaux gardiens de la mémoire. Le maire a rappelé que la paix et la démocratie ne sont jamais acquises et qu'il faut être vigilant à tout débordement totalitaire.

Une assistance nombreuse, fidèle à ce rendez-vous du souvenir, était présente pour rendre un hommage aux victimes de cette tragédie. En fin de cérémonie, les personnalités civiles sont passées saluer les porte-drapeaux des associations patriotiques présents.

Méjo (CLP)

 

Sennecey-le-Grand

Le banquet de la FNACA a beaucoup plu

 Sennecey-le-Grand.jpg

 

Tous se sont retrouvés au Greuze's folies, à Boyer.  Photo S. P. (CLP)

Comme chaque année en mars, les adhérents du comité cantonal FNACA se sont retrouvés pour leur traditionnel banquet.

Le Greuze's folies, à Boyer, a été une nouvelle fois le lieu choisi pour son site et ses qualités d'accueil à l'occasion de ces retrouvailles gourmandes.

À l’animation toujours très appréciée de Joëlle et Jean-Claude, s'est ajoutée l'interprétation très remarquée de chansons sur l'Algérie par Georgette Laurent. Ce banquet, « un des plus réussis de ces dix dernières années » pour les participants, était honoré de la présence du sénateur Emorine, du maire de Vers et son épouse, M. et Mme Gaudiller, de J.-P.Guyot (adjoint) et son épouse représentant la municipalité de Saint-Ambreuil.

Suzanne Philippe (clp)

Saint-Maurice-en-Rivière

Banquet du comité FNACA

  img163.jpg

Après la commémoration du 19 mars 1962, qui avait eu lieu huit jours auparavant, le comité FNACA de Saint-Martin-en-Bresse avait convié ses adhérents à leur banquet annuel, accueilli cette année par la commune de Saint-Maurice-en-Rivière.

Pour cette occasion, ce ne fut pas le maire, P. Thomas, hospitalisé la veille pour un problème de santé et gardé en observation, mais le premier adjoint J.-P. Tollard, qui accueillit les membres du comité FNACA.

Le président, Charles Gaudillat, dans son propos, excusa également l’absence du conseiller général, J.-L. Voiret, alité.et remercia ses hôtes pour l’accueil et le maire de Saint-Maurice pour le prêt de la salle et le vin d’honneur réalisé après le dépôt de gerbe au monument aux morts.

M. (CLP)

 

Histoire DANS LE CHAROLLAIS

La ligne de démarcation par Sébastien Joly

 getCAWKUDDN.jpg

 

Évolution de la ligne en Saône-et-Loire.  Photo DR

Une ligne qui a bouleversé le quotidien des gens.

Invité par l’office de tourisme, Sébastien Joly, historien et spécialiste de la ligne de démarcation (une marque indélébile dans la vie des gens), est venu tenir une très riche conférence sur le sujet.

La Saône-et-Loire fut traversée par cette ligne imposée par les Allemands dès juin 1940. On n’en connaît pas toujours le tracé exact mais on sait par exemple qu’elle passait par Poisson, Hautefond, Nochize ou bien encore Digoin et Varennes-Reuillon qui deviendra Varennes-Saint-Germain.

La création de ces zones libres et occupées va bouleverser la vie des gens et créer un certain nombre d’actes de bravoure, notamment de la part des « passeurs » qui permettaient aux prisonniers et aux juifs de franchir clandestinement cette ligne pour échapper aux nazis. La ligne disparaîtra des lieux en novembre 1942, mais pas des mémoires.

De bouleversants témoignages des enfants de ces personnes sont venus donner une note émouvante à cette soirée du souvenir. Cette ligne aura marqué une génération d’hommes et de femmes mais aussi d’enfants qui prenaient souvent le risque de passer par cette frontière papiers et armes utiles à la résistance. Paul Thomas, de Digoin, est un témoin intarissable et ô combien précieux pour le remarquable travail mené par Sébastien Joly.

R. P. (CLP)

 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :