Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2365.jpg

Merci M. le Député-Maire Jean-Claude Pérez et votre Municipalité, merci de n’avoir pas cédé aux sirènes de l’extrême-droite représentée par le Secours de France,  l’ADIMAD, l’ANFANOMA, la RNFAA, l’USDIFRA, le Cercle Algéniariste, vous avez reçu des lettres et des messages internet, auxquels s’ajoutent  un nombre considérable de messages haineux qui vous  ont été expédiés de la part d’adeptes revanchards. Tout a commencé par la cérémonie du 19 mars 2011 :

 19 mars 1962 : la date qui fait toujours débat

Carcassonne-19-mars.jpg
D'une façon très nette, je le dis : l'état d'esprit de la municipalité de Carcassonne n'est pas de diviser ! » Hier matin, après les cérémonies officielles qui ont eu pour cadre le mémorial des anciens combattants d'Algérie, Tunisie, Maroc et le monument aux morts de la place Davilla, le maire Jean-Claude Pérez a voulu dissiper, encore une fois, tout malentendu, autour de la future inauguration du rond-point du '19 mars 1962 - Cessez- le-feu en Algérie'.

A l'heure des discours en mairie, il a ainsi répété ce qu'il avait dit en conseil municipal, le 24 février, et répondu aux associations de rapatriés (le Cercle algérianiste, notamment) qui avaient formellement manifesté leur désaccord, estimant que cette date allait   «rouvrir des blessures mal cicatrisées
». Notamment celles laissées par les événements qui ont succédé au cessez-le-feu, durant lesquels nombre de civils périrent sous les balles du FLN… notamment.

Alors, Jean-Claude Pérez a, de nouveau, insisté :   «Oui, il faut un mémorial pour les harkis et pour les rapatriés. Mais vous, qui aviez 20 ans, qui êtes partis vous battre pour la France, vous n'auriez droit à rien ? Vous seriez les seuls pour lesquels il n'y aurait pas de respect ?»

« Nous avions une dette envers vous »

 Jean-Claude Pérez, maire   En ce sens, le maire a rappelé la genèse de la construction du mémorial des anciens combattants d'Algérie, Maroc, Tunisie. Une stèle érigée face au conseil général par… le conseil général :   «À cette époque, la municipalité de Carcassonne n'avait pas mis un kopek. Voilà pourquoi j'ai considéré que nous avions une dette envers vous».

En proposant de baptiser le rond-point situé en face du mémorial, près du conseil général, il n'était donc nullement question, pour le député-maire, de réveiller des tensions déjà existantes…

En effet, depuis 2003 et la volonté du président Chirac, la date du 5 décembre célèbre la fin de la guerre en Algérie. Une date qui ne repose que sur l'inauguration du mémorial des anciens combattants Algérie, Maroc, Tunisie, et non sur des faits historiques, comme le déplore, très régulièrement, la FNACA (Fédération nationale des anciens combattants en Algérie).   «Aujourd'hui, la division n'est pas dans cette salle : nous voulons rassembler jusqu'au bout», martelait Jean-Claude Pérez.

 
                                                       ARNAUD CHABÉ

 

 

Puis hier samedi 16 avril 2011 ce fut

   

l'inauguration du Rond-Point du 19 Mars 1962

       

            Un rond-point du 19 Mars 1962

 pour la fin des hostilités

 Rond-Point Carcassonne

Une foule consistante d'anciens combattants a assisté, hier, à l'inauguration du rond-point face au Mémorial Audois, érigé en hommage aux victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie, des combattants du Maroc et de Tunisie.

Le sujet, on le sait, est sensible entre les partisans du 19 mars 1962, date officielle du «Cessez le feu», et ceux qui prennent pour référence le 5 décembre de la même année.

L'intervention du député-maire, Jean-Claude Pérez, devant les adhérents de la FNACA, dont Louis Catary président d'honneur et Gérard Fratilola représentant départemental, était très attendue.

« Certains disent que je veux ouvrir des plaies, c'est mal me connaître. Carcassonne a une dette envers les anciens combattants que vous êtes », a déclaré le député-maire.

En dédiant ce rond-point au souvenir de leur sacrifice, la municipalité a voulu rendre hommage aux 144 Audois, dont 24 Carcassonnais, tués dans les combats en Algérie, en Tunisie et au Maroc. La précédente municipalité avait refusé de participer à l'érection du Mémorial de fait entièrement financé par le conseil général. Ce déni de l'Histoire est réparé a tenu à démontrer le député-maire.

  Carcassonne une belle ville

 

 

3006_2_photos_carcassonne_02.jpg3007_2_photos_carcassonne_03.jpg3008_2_photos_carcassonne_04.jpg3009_2_photos_carcassonne_05.jpg3010_2_photos_carcassonne_06.jpg3011_2_photos_carcassonne_07.jpg3012_2_photos_carcassonne_08.jpg3013_2_photos_carcassonne_09.jpg3014_2_photos_carcassonne_10.jpg3015_2_photos_carcassonne_11.jpg3016_2_photos_carcassonne_12.jpg3017_2_photos_carcassonne_13.jpg3018_2_photos_carcassonne_14.jpg3019_2_photos_carcassonne_15.jpg3020_2_photos_carcassonne_16.jpg3024_2_photos_carcassonne_20.jpg3033_2_photos_carcassonne_29.jpg 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :