Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire et solidarité avec la FNACA

à Echirolles

3426726-4929858.jpg

Dimanche 30 octobre, se tenait à Echirolles la conclusion du congrès départemental qui avait réuni plus de 1000 adhérents sur les quelque 11000 que compte la FNACA en Isère, faisant de notre département la plus importante fédération départementale de France (365000 adhérents au niveau national).
Cette année, j’avais la responsabilité de prononcer le discours de clôture au nom des parlementaires socialistes de l’Isère, en présence de mon collègue François Brottes et de Michel Baffert qui représentait Marie-Noëlle Batistelle.

 Dans mon allocution, j’ai rappelé la lenteur avec laquelle ce que l’on appelait les « événements » en Afrique du Nord, qui ont duré tout de même 10 ans, avaient été enfin reconnus comme faits de guerre le 18 octobre 1999 à l’initiative du gouvernement Jospin avec un vote à l’Assemblée nationale. Le paradoxe, c’est que les appelés du contingent, les militaires, les harkis, qui avaient combattu en Algérie, au Maroc et en Tunisie avaient obtenu dès 1974 une carte d’ancien combattant alors même que les faits de guerre ont été officiellement reconnus seulement 25 longues années plus tard. J’ai évoqué aussi les horreurs de cette guerre, les combats fratricides, les victimes civiles comme militaires de part et d’autre et souligné les dégâts faits par le silence de plomb qui a suivie le retour d’Afrique du Nord de combattants qui avaient laissé des camarades derrière eux, avaient vécu des traumatismes dont ils n’étaient pas décisionnaires. Aucun document, aucun débat, aucun échange n’a été possible sur un sujet devenu tabou, pendant des années. Et c’est tout le mérite de la FNACA d’avoir rassemblé 347000 adhérents, dont 11000 en Isère, qui portent ensemble un combat pour une juste reconnaissance. La FNACA a toujours porté ce message de solidarité, de fraternité et de reconnaissance. Au-delà des indemnités auxquelles ils avaient droit pour eux-mêmes et leurs familles mais qu’ils ont obtenu avec peine et qui restent à améliorer, cette reconnaissance leur permet de transmettre leur expérience aux plus jeunes, d’inscrire ce qu’ils ont vécu en Afrique du Nord dans l’histoire de notre pays, une histoire avec des zones d’ombre que nous devons assumer collectivement pour que la paix prévale.
Enfin, ce congrès s’inscrivait dans un contexte particulier puisque le Président de la FNACA pendant 36 ans, Wladyslas Marek, s’est éteint des suites d’une longue maladie le 24 septembre dernier, quelques jours après avoir reçu la médaille de commandeur dans l’ordre de la légion d’honneur par le secrétaire d’Etat aux anciens combattants. Ce congrès était donc présidé par son ami et vice-président de longue date, Guy Darmanin.
En conclusion, j’ai rappelé l’attachement des socialistes à la date du 19 mars comme jour de mémoire pour les combattants d’Afrique du Nord, qui correspond au cessez-le-feu en Algérie en 1962 et évoqué le cinquantenaire de la fin de cette guerre qui se tiendra, pour l’Isère, à Grenoble l’année prochaine, avec l’organisation de débats et films pour que des échanges aient lieu sur ce qui a été trop longtemps fait l’objet d’un déni.

 titre_1229016.jpg

 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :