Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 rouge_01_alphabet_u.gif rouge_01_alphabet_n.gifrouge_01_alphabet_e.gif

rouge_01_alphabet_s.gifrouge_01_alphabet_e-copie-1.gifrouge_01_alphabet_u-copie-1.gifrouge_01_alphabet_l.gifrouge_01_alphabet_e-copie-2.gif

  rouge_01_alphabet_d.gifrouge_01_alphabet_a.gifrouge_01_alphabet_t.gifrouge_01_alphabet_e-copie-3.gif

 rouge_01_alphabet_1.gifrouge_01_alphabet_9.gif        

 

 rouge 01 alphabet mrouge 01 alphabet arouge 01 alphabet rrouge 01 alphabet s

 

francia

 

Nous évoquons régulièrement les déclarations des personnalités (de toutes tendances politiques) qui sont favorables à la commémoration du 19 mars 1962, voici aujourd'hui les déclarations de deux députés de droite s'adressant à M. Hubert Falco, lorsqu'il était encore secrétaire d'Etat :

 

  27521_56388678338_9462_n.jpg

François Rochebloine

Député du Nouveau Centre

 

"Je ne porte aucun jugement sur les événements et je ne m'arrêterai pas sur les polémiques indignes qui ont pu être lancées, ici ou là, eu égard aux 30 000 soldats tués et 300 000 soldats blessés lors des combats en Algérie, au Maroc et en Tunisie.

Ne confondons pas commémoration et célébration. Il ne s'agit pas de consacrer la victoire des uns ou la défaite des autres. Assumons simplement notre histoire commune. Une cérémonie commémorative doit d'abord servir la paix.

 

Nul ne peut empêcher tous ces anciens appelés du contingent, leurs familles, leurs proches, de se rassembler dans la dignité pour se remémorer cette guerre restée trop longtemps sans nom – rappelez-vous, monsieur le secrétaire d'État, qu'il a fallu attendre 1999 pour que cette date soit reconnue comme un jour de commémoration.

 Le Gouvernement doit prendre acte d'une réalité aussi simple : celle qui consiste à vouloir accomplir son devoir de mémoire, dans le respect des convictions de nos concitoyens. À cet égard, le rapport Kaspi a parfaitement pointé certaines dérives récentes.

 Je le cite : « Des choix contestables brouillent les cartes. Le 5 décembre, par exemple, est rejeté par la majorité des anciens combattants d'Algérie qui s'en tiennent avec fermeté à la date du 19 mars. Il faut reconnaître que le choix du 5 décembre – date de l'inauguration du monument du Quai Branly aux morts d'Algérie, du Maroc et de Tunisie – relève à la fois de l'arbitraire et de la fantaisie. »

 

« Rien ne le justifie du point de vue historique. Plutôt que de trancher entre les partisans du 19 mars et ceux du 16 octobre 1962 – date de l'inhumation du premier soldat inconnu d'Algérie à Notre-Dame-de-Lorette –, il a été commode de prendre une voie complètement différente. Encore faut-il que la commémoration soit liée à un événement historique. Sinon, elle perd sa raison d'être et ne peut pas susciter une large adhésion. »

Alain Marleix et Jean-Marie Bockel, anciens secrétaires d'Etat aux Anciens Combattants, alors qu'ils étaient parlementaires, avaient déposé une proposition de loi tendant à reconnaître le 19 mars comme date officielle de la fin de la guerre d'Algérie. Aussi, au nom de la continuité de la politique de cette majorité, j'espère que vous poursuivrez, comme pour la retraite du combattant et pour l'allocation différentielle, le travail d'apaisement de vos prédécesseurs. Qu'au minimum, ainsi que l'a souhaité mon collègue et ami Georges Colombier, les autorités civiles et militaires participent aux cérémonies commémoratives du 19 mars, à Paris cela va de soi, mais aussi dans chaque chef-lieu de nos départements. Je suis persuadé que vous serez présent le 19 mars, aux Invalides bien sûr, mais également à l'Arc de Triomphe. Dans mon département, je n'ai pas eu de problème jusqu'à ce jour : toutes les personnalités concernées viennent, y compris le préfet.

                                                        François ROCHEBLOINE 

     pour-des-raisons-de-sante-georges-colombier-a-ete-absent-au

Georges Colombier

Député UMP

"J'évoquerai le 19 mars 1962, anniversaire du cessez-le-feu officiel, seule date historique qui puisse rappeler le sacrifice consenti par la troisième génération du feu.

"Vous connaissez bien ma position qui n'a jamais varié sur cette journée du souvenir et du recueillement.

"Par circulaire du 12 février 2009, votre prédécesseur a demandé aux préfets de veiller à la nécessaire participation des autorités civiles et militaires aux cérémonies organisées dans leur département.

"Je souhaite, monsieur le secrétaire d'État, que vous renouveliez ce rappel pour mettre en valeur ces cérémonies associatives".

                                                             Georges COLOMBIER

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :