Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 « L'initiative du maire de Marignane relève du coup de force.
Elle intervient  alors même que le Conseil d'État n'a pas encore statué sur plusieurs recours engagés au lendemain de l'édification de la stèle en juillet 2005.
Elle s'appuie sur une délibération du conseil municipal en date du 27 octobre dernier, qui fait elle-même l'objet notamment d'un déféré devant le tribunal administratif de Marseille.
Elle constitue un acte de mépris à l'égard de la Justice ainsi qu'un défi à l'État républicain et à ses représentants.
Le maire de Marignane démontre ainsi sa soumission aux anciens criminels de l'OAS, ce qui le rend indigne de l'exercice d'un mandat électif. »

Jean-François Gavoury
Président de l'Anpromevo

 

rubon69-70d3e.jpg

La stèle "de la discorde" est de retour

Publié le samedi 12 mars 2011 à 09H52

  La stèle de l'Adimad (association de défense des intérêts moraux des anciens détenus) a été réinstallée, hier, au cimetière St-Laurent Imbert de Marignane. Elle est à l'origine de plusieurs actions en justice, la mairie avait en effet été condamnée par le tribunal à la retirer, fin 2008.

C'est une version différente (trois dates litigieuses en moins), acceptée par un vote du conseil municipal d'octobre dernier, qui a été réinstallée. Cependant, cette version ne fait pas l'unanimité : une nouvelle date, celle du début de la semaine des Barricades, a provoqué des observations du préfet et un nouveau recours a été déposé devant le tribunal.

Plus d'informations aujourd'hui dans La Provence (édition Etang)

 

C’était en 2008 : La Stèle a disparu du Cimetière (Extrait d’un article d’Henri Pouillot)

   http://www.henri-pouillot.fr/spip.php?rubrique68

stelemarignaneder-8e519.jpg

La première photo a été prise le 1er novembre 2008 par l’Adimad. Elle montre le combat d’arrière garde de ces nostalgiques puisqu’elle devait disparaître de l’espace public avant le 7 novembre 2008. A cause des tergiversations, ce n’est que le 18 novembre, au matin, qu’elle a été retirée du Cimetière, respectant ainsi la sage décision du Tribunal administratif.

collinmarignane081118-f23f0

Mais la dernière photo, avec JF Collin (président de l’Adimad-OAS) et, en arrière plan, Gabriel Anglade constatant le démantèlement est significative. Maintenant, les autres stèles de Béziers, Perpignan, Théoule… doivent, elles aussi disparaître, le plus tôt possible du domaine public.

Henri Pouillot 

 

 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :