Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

henri-torre-a-ete-notamment-ancien-ministre-et-ancien-presi.jpg

Henri Torre a été notamment ancien ministre et ancien président du conseil général de l’Ardèche. Photo Archives Le DL

http://www.lejsl.com/societe/2012/01/03/l-ancien-ministre-et-ex-senateur-ump-henri-torre-refuse-sa-legion-d-honneur

L’ancien ministre et ex-sénateur UMP de l’Ardèche Henri Torre, promu au grade de chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur, a indiqué lundi qu’il refusait cette distinction, bafouée selon lui par « la nomination de n’importe qui ».

Henri Torre, 78 ans, qui a quitté son siège de sénateur en 2008 après avoir été élu à la Haute assemblée pendant 28 ans, a appris lundi par la presse qu’il faisait partie de la promotion du Nouvel An.

« Je ne demanderai pas la confirmation de cette promotion. Je la rejette », a déclaré M. Torre, rappelant qu’il l’avait déjà refusée en 2008.

« On a nommé trop de gens qui ne méritaient pas d’être nommés… On a bafoué cette haute distinction en nommant n’importe qui », a-t-il expliqué.

L’ancien ministre du gouvernement de Pierre Messmer (1973) s’est en outre interrogé sur cette promotion « à quelques mois des élections ». « Je la rejette car je n’ai plus confiance dans ceux qui nous dirigent actuellement », a dit celui qui fut aussi député et président du Conseil général de l’Ardèche.

La promotion du 1er janvier est une des trois promotions annuelles à titre civil avec celles de Pâques et du 14 juillet.

logo.png

 Henri Torre : "Quand on parle de Légion d'honneur, il y a le mot honneur, madame..."

 L’ancien ministre Henri Torre refuse une Légion d’honneur qu'on donne selon lui trop facilement et à n'importe qui: "Les incorrects et les malhonnêtes doivent en être exclus". Une décision qu'il explique également par un désaveu de l'action du président de la République.

 

 

 

************************************************************************ 

Nous ne savons pas, précisément, de qui veut parler M. Henri Torre lorsqu’il prétend refuser cette distinction, bafouée selon lui par « la nomination de n’importe qui ».

Par contre nous sommes d’accord avec lui pour écrire que la Légion d’honneur est donnée à n’importe qui !!! Exemples :

-         Jean-François Collin : promu "Chevalier de la Légion d'Honneur :

2011110118442372

Le 5 mai dernier Jean-François Collin était élevé au grade de Chevalier de la Légion d’honneur au titre militaire des mutilés de la Guerre d’Algérie, cette nomination comporte l’attribution de la croix de la valeur militaire avec palme et annule les citations antérieures qui ont été attribuées à l’intéressé pour les mêmes faits.

Jean-François Collin était sous-lieutenant pendant la Guerre d’Algérie. Il est présenté, dans le livre très documenté "Histoire secrète de l’OAS" de Georges Fleury (disant : "Moi aussi, j’ai été ’Algérie Française’)" page 566 : "Ce jeune sous lieutenant du groupement des commandos parachutistes a participé sous les ordres du Capitaine Murat à la prise du Palais d’été d’Alger au soir du 22 avril 1961. Sous le nom de code "Valentin" il a repéré que Yves Le Tac (frère du ministre Joël Le Tac) était hospitalisé au Val de Grâce à Paris, Il participera à une première tentative d’assassinat, reportée au tout dernier moment, et ce n’est que par miracle que ce gaulliste échappera à l’attentat du 18 février 1962 perpétré par le commando dirigé par le lieutenant Godot, et préparé avec l’aide de JF Collin" .

JF Collin a été emprisonné à l’Ile de Ré pour ses activités dans l’OAS. Il a fait partie du "Maquis de l’Ouarsenis", cette organisation militaire de l’OAS qui rêvait de pouvoir ré-éditer le putsch manqué d’avril 1961.

Accessoirement, il a été également été élu conseiller municipal du Front National à Hyères (83). Il est président de l’ADIMAD-OAS, association revendiquant environ 1200 adhérents dont 750 ont été condamnés pour leur activité au sein de l’OAS.

La cérémonie de remise de cette décoration est une démonstration complémentaire de cette imposture. C’est devant la stèle érigée dans le cimetière de Marignane(13), stèle honorant l’OAS et ses "héros" c’est-à-dire les 4 condamnés à mort et exécutés pour leurs crimes commis au nom de cette organisation séditieuse, criminelle. Le journal la Provence, dans son édition du 2 novembre écrivait "Cette distinction honorifique, qu’il "ne portera jamais, tant qu’un gaulliste ou un ami du FLN sera à l’Élysée", il l’a reçue officiellement, hier, des mains d’un condamné à mort par contumace, Jean Bireau, dit "capitaine Jean", figure de l’OAS pendant la guerre d’Algérie et exilé, un temps, en Amérique Latine pour échapper à la justice française. Dans un lieu symbolique pour l’occasion : le cimetière Laurent-Imbert où a été réinstallée la stèle en hommage aux fusillés de l’organisation de l’armée secrète (OAS)."

Pas de Marseillaise, mais la sonnerie aux morts, et le chant des Africains repris en chœur par toute l’assemblée, après la succession de dépôts de gerbes. La Légion d’honneur ? " Une croix dédiée à tous les combattants de l’OAS fusillés par le plus grand traître de l’Histoire de France ", a déclaré le récipiendaire. Celui-ci poursuivait en précisant que, pour lui, la distinction qu’il recevait ainsi avec cette insigne c’était une distinction de celui qui l’avait instituée et "non du paltoquet qui vibrionne à l’Elysée et qu’il aurait honte de devoir remercier ".

 

-         Le Commandant Hélie Denoix de Saint Marc a été promu Grand Croix de la Légion d'Honneur.

  Cba_de_Saint_Marc_-28-11-2011-.JPG

Le commandant Hélie Denoix de Saint Marc a été élevé à la dignité de Grand croix de la Légion d’honneur, la plus haute distinction, sans doute aussi à titre militaire. Cette nomination a été confirmée le 14 Novembre par Marc Laffineur, Secrétaire d'Etat aux anciens Combattants. Ce dernier a même osé justifier cette distinction honorifique en déclarant qu'il ne faut pas juger un homme sur une petite erreur qu'il aurait pu commettre à un moment de sa vie, mais sur l'ensemble de son œuvre. 

Hélie Denoix de Saint Marc fut, certes, un résistant, interné au Camp de Buchenwald, mais surtout le Commandant du 1er REP, ce Régiment Etranger de Parachutistes de la Légion Etrangère qui s’est tout spécialement distingué pendant la Guerre d’Algérie, à Alger pendant la "Bataille d’Alger" puis à l’occasion du putsch d’Avril 1961. C’est en avril 1961 que ce commandant prend le commandement de ce 1er REP quelques jours plus tard, il sera l’un des principaux officiers qui tenteront de renverser la République Française par ce putsch dirigé par le quarteron de Généraux. Il sera condamné à 10 ans de réclusion criminelle. Il passera cinq ans dans la prison de Tulle avant d’être gracié, le 25 décembre 1966.

Etre l'un des principaux responsables de la réalisation de la prise du Palais d'Eté d'Alger est-ce une simple petite erreur dont on n'a pas à tenir compte ?

 PUTSCH-ALGER-AVRIL-19611.jpg

Hélie Denoix de Saint Marc   commandait par intérim le 1er régiment étranger de parachutistes (REP, Légion étrangère) qui fut le fer de lance du putsch manqué des généraux, en avril 1961, en Algérie.

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :