Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mercredi 24 novembre 2010 a eu lieu le procès de Claudine Dupont-Tingaud 

Au Palais de Justice de Paris, (île de la Cité) à 13 h 30, devant la 17e Chambre Correctionnelle, pour l’audience où a comparu CLaudine Dupond-Tingaud présidente de l’Association REAGIR, accusée de diffamation par Olivier Lecour Grandmaison auteur de « Coloniser, exterminer », René Vautier auteur : "Avoir 20 ans dans les Aurès », Meddhi Lallaoui auteur : «un certain 8 mai 1945, les massacres de Sétif », « le silence du fleuve, 17 octobre 1961 »

 

Pour celles & ceux qui découvriraient la question : Lors du festival du cinéma de Douarnenez en août 2007, madame Dupont-Tingaud avait accusé nos trois amis René Vautier, cinéaste, Mehdi Lallaoui, réalisateur et Olivier Lecour Grandmaison, historien, de « falsification de notre histoire coloniale ». Elle avait alors adressé un communiqué de presse, violent, sur le mode…« J’accuse »… entraînant une plainte de nos amis.

 1. Le procès se déroula le jeudi 30 avril 2009 au Palais de Justice de Quimper et le jugement fut rendu en faveur de nos amis ;
 2. Mme Dupond-Tingaud perdit encore son procès en appel à Rennes le 17 novembre 2009 ;
 3. Son pourvoi en Cour de Cassation a été rejeté le 9 novembre de cette année.

1ère affaire classée, donc.

Mais la « nostalgérique » a récidivé !

 Un nouveau procès se déroulait ce mercredi 24 novembre à partir de 13h30 à la 17ème chambre correctionnelle du Palais de Justice de Paris.
Il faut dire que la dame Dupont-Tingaud avait de nouveau publié des propos diffamatoires à l’encontre de René Vautier, Mehdi Lallaoui et Olivier Lecour Grandmaison [faussaires ou manipulateurs de l’histoire, experts de l’anti-France], voir sa « déclamation » ( Word ou odt) publiée sur internet.

D’où une nouvelle plainte contre elle et l’audience du 24 novembre.

  

 

Tout avait commencé par ce communiqué :

                                  Communiqué de Presse  OAS
 
                             de Claudine Dupont-Tingaud
  
  
 
 
A propos du Festival du Cinéma à Douarnenez  du 18 au 25 août 2007 et de son thème : COLONIES !
   
J'ACCUSE ses organisateurs, les cinéastes et conférenciers invités, de FALSIFICATION DE NOTRE HISTOIRE COLONIALE :
 
car les films de René Vautier et Medhi Lallaoui, notamment, sont des films de propagande gauchiste et de « kollaboration» anti-française.
 
Puisqu'aussi pour des intervenants, tel Olivier Le Cour Grandmaison ou Odile Taubler, la colonisation ne fut que «spoliation, humiliation et violence» envers les populations indigènes... Routes, écoles, hôpitaux réservés «aux blancs».... Populations locales affamées, «condamnées au travail forcé»....Richesses locales exploitées au seul profit des colons...
 
Bref : le refus sans aucune concession de ce que même les historiens ou hommes politiques les plus critiques à l'égard de notre présence outre-mer, les plus favorables aux luttes pour les «indépendances» de nos anciennes colonies ou départements, n'ont jamais contesté...Tel Ferhat Abbas, président du « Gouvernement Provisoire de la République Algérienne» (GPRA) reconnaissant que « la France n 'a pas colonisé l'Algérie, elle l'a fondée ! » ou Aït Ahmed, chef historique du FLN, déplorant les conditions dans lesquelles les Européens avaient été contraints de quitter l'Algérie en 1962, et paraphrasant Talleyrand « .. Ce fut pire qu’'un crime, une faute ! »
 
J'ACCUSE le cinéaste René Vautier de mensonge délibéré dans ses «films culte» «20 ans dans les Aurès » et «Afrique 50 » où, lui-même en faisant l'aveu, des images prises hors contexte sont présentées comme prises sur le vif pour rendre plus «saignante sa caméra « citoyenne » et plus convaincante son idéologie manipulatrice....
 
J'ACCUSE le professeur Olivier Le Cour Grandmaison de «négationnisme» - au sens primaire du terme - en niant l'œuvre positive de notre civilisation alors qu'il peut constater comme nous que des milliers de colonisés quittent chaque jour, au péril de leur vie, leur continent d'origine pour rejoindre le pays des colonisateurs....et en refusant de se souvenir que dans un article récent, un responsable politique de Centre-Afrique lui rappelait que les Gaulois avaient, eux aussi, étaient colonisés... par les Romains, et que nous n'en demandions pas compte... aux Italiens !
 
J'ACCUSE le cinéaste Mehdi Lallaoui de vouloir, en nous imposant la «tyrannie de la repentance» instiller en nous la haine de notre Histoire commune, alors qu'il sait fort bien que la conquête de l'Algérie en 1830 a libéré les populations d'Afrique du Nord du joug des Barbaresques de l'Empire Ottoman !... Et que ce sont massacres, tortures, viols exercés contre la population algérienne, toutes religions confondues, par un FLN fanatisé et un De Gaulle impatient de l'abandonner, qui a condamnée l'Algérie, privée des hommes qui en faisaient la richesse, à vivre la misère qu'elle connaît aujourd'hui.
 
J'ACCUSE enfin les organisateurs de cette mascarade partisane financée par des fonds publics de ne m'avoir consenti qu'une brève contradiction aux thèses racistes anti-françaises, et de perpétrer ainsi, en n'ouvrant porte, micros et écrans qu'à une version hémiplégique de notre Histoire, un véritable génocide culturel au seul bénéfice des néo-colonialistes « humanitaires»
 
...ça suffit, trop c'est trop : il est temps de réagir... A moi les médaillés de l'Empire Français, les héros de nos combats coloniaux, les adhérents de l'ACUF, de l'AMEF, l'ADIMAD, VERITAS. .

 

 

  

La nostalgique du colonialisme  a encore écrit ce texte :

25/01/10 Gueuler la vérité !

« Celui qui sait la vérité, et qui ne la gueule pas, est un jeanfoutre… » disait Charles Péguy, et cʼest encore ce quʼil nous faut faire, au nom de la vérité, en ne cédant pas à lʼaccusation de « diffamation », et aux pressions, menaces et sanctions pénales qui voudraient nous écraser, dʼabord, mais surtout, nous faire faire pénitence face aux faussaires de lʼHistoire que sont les trois accusateurs issus de la gauche la plus sectaire et rétrograde, mais qui se vantent, avec morgue, dʼêtre des « spécialistes » et des « experts »…

De lʼanti-France, sûrement ! Jʼavais dénoncé leur manichéisme morbide et suicidaire pour la mémoire de nos héritiers dans une lettre ouverte « Jʼaccuse… » à la suite du festival du film de Douarmenez sur la colonisation (2007), avant de comparaître devant le Tribunal correctionnel de Quimper (2009), puis la Cour dʼAppel de Rennes le 12 janvier 2010. Mais là, ce fut pour y entendre lʼaggravation des condamnations pénales (4000 € dont 3000 € avec sursis, 1000 € à chacun des membres du trio infernal avec parution dans la presse) se voulant accablantes et infamantes, mais qui montrent que les juges rouges sont complices de nos adversaires, ces manipulateurs de notre passé Outremer en faisant un amalgame nauséeux des événements, alors que nous sommes appelés à un « devoir dʼorgueil » pour défendre, dans sa totalité lʼidentité française.

Les nombreux « témoins pour lʼHistoire » aux écrits desquels jʼavais fait appel et dont aucun ne sʼest dédit de lʼutilisation annoncée, de Jean Daniel (éditorialiste du Nouvel Observateur) à Jean Raspail (Le camp des saints et autres ouvrages), sont donc, tout comme moi, condamnés.

Et cʼest ce que jʼai tenté de faire savoir à la Cour dʼAppel de Rennes en remettant le texte dʼune allocution du Bachaga Boualam « Nous voulons demeurer Français » prononcée à lʼAssemblée Nationale en 1960… et en rappelant que, la veille, le cercueil du Président de la Cour des Comptes avait quitté les Invalides sous les accents de « Cʼest nous les Africains… » à la gloire des habitants des colonies qui sʼétaient engagés pour défendre le sol de la patrie lors de la dernière guerre mondiale, cʼétait le cas du père du défunt. Ceci mʼa valu dʼêtre expulsée de la salle de séance ! Avant lʼexpiration du délai légal, vendredi 15 janvier, pourvoi en Cassation a été déposé sur lʼun des chefs dʼaccusation.

 

                                                 Claudine Dupont- Tingaud

 

  vz6mh5is

 


Elle avait « remis le couvert » avec une page de calomnies

Ils ont perdu l’Algérie coloniale qu’ils chérissaient. Ils se sont ensuite enfermés dans une Histoire fabriquée et entretenue pour justifier leurs errements . Désormais il ne leur reste plus que dénégation et propos calomnieux pour survivre à leur défaite.
Mais une fois encore René Vautier, Mehdi Lallaoui et Olivier Lecour Grandmaison refusent d’être des têtes de turcs que l’on agresse régulièrement et que l’on traite de falsificateurs. C’est pourquoi ils ont fait citer à nouveau, devant le tribunal correctionnel de Paris, la « nostalgérique » qui les poursuit de sa haine.

 

  

    Le jugement est mis en délibéré

 jusqu’au 17 janvier 2011

 

 

 

 

 

 

 

  

  

 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :