Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

actu_mem_his3.jpg

La FNACA ET LA GUERRE D’ALGERIE : OUVRONS "LA VALISE AUX SOUVENIRS"  RENCONTRONS DES MAINTENANT LES PERSONNALITES POLITIQUES A LA VEILLE D’UNE ANNEE ELECTORALE IMPORTANTE

******************************************************

Dès sa création en 1958, la FNACA situait son action en faveur de la reconnaissance et de la sauvegarde des droits des anciens d’Afrique Nord, associée à un nécessaire travail de Mémoire.

Sa commission Guerre d’Algérie Jeunesse Enseignement, concrétisant cet engagement, a vu ses objectifs relayés efficacement par les comités départementaux et locaux. Grâce à cette mobilisation importante et efficace des acteurs de terrain, des actions multiples ont permis d’engranger des témoignages, de contribuer à leur diffusion auprès des citoyens de notre pays, toutes générations confondues, associés à des expositions, à des conférences-débats.

Les 350 000 adhérents de notre Fédération, auxquels s’associent les veuves de nos camarades, jettent en particulier les bases et poursuivent le travail de mémoire en direction de la jeunesse et de la chaine éducative.

Face au temps qui s’écoule, à la disparition inéluctable des acteurs du conflit, la réalité s’impose et apporte un éclairage différent, de nouveaux besoins se font sentir.

Recueillir pendant qu’il est temps, ces richesses orales et écrites, détenues par les combattants et les populations civiles désireuses d’exprimer leur vécu. Conserver les documents écrits et audiovisuels, les objets, toutes les traces matérialisant une époque lointaine et proche à la fois, ouvrir la « valise aux souvenirs », restituer ces supports tangibles et réalistes d’une page d’histoire, les rendre accessibles à tous et les transmettre avec honnêteté dans la plus grande impartialité possible aux générations futures.

(EXTRAIT FNACA SITE OFFICIEL)

************************************************** 

NON A LA FALSIFICATION DE L’HISTOIRE

Nice, Toulon, Perpignan, Béziers, Marignane et bien d’autres… Les nostalgiques de la présence française en Algérie, et du colonialisme en général, se font de plus en plus présents et pressants… Ils ne craignent plus de se montrer. Et de ressasser leurs discours, leur rancœur, et trop souvent leur haine.

Ils ne comprennent l’Histoire qu’au travers de leur histoire, à quoi ils la résument.

Alimentées par un climat officiel favorable à leurs thèses, les démonstrations publiques vont s’amplifier au cours de la période qui vient, marquée en 2012 par le cinquantième anniversaire du cessez-le-feu en Algérie.

Si cette volonté de travestissement du passé s’adresse à l’ensemble de la société, elle nous interpelle tout particulièrement. Il va nous falloir réagir, rétablir des faits, nous opposer à certaines initiatives et en proposer d’autres. Nous allons devoir expliquer, argumenter, répondre.

Aux mensonges et aux falsifications de l’Histoire, il nous faut, il nous faudra opposer notre vérité. Nous l’avons fait en protestant contre la célébration du putsch des généraux d’avril 1961, en dénonçant l’installation de monuments à la gloire de l’Algérie française.

(EXTRAIT 4ACG)

 ************************************************** 

Nous nous étonnons que les Pouvoirs Publics n’interdisent pas les hommages, notamment aux quatre condamnés à mort pour leurs crimes, et fusillés…  

Car des criminels, même amnistiés (amnistiés hypocritement par intérêt électoral) resteront à jamais des criminels... En définitive, tous furent amnistiés... même Aussaresses qui déclare avoir tué de ses mains une vingtaine d’Algériens, ne répondra pas à la justice des hommes. Des lois d’amnistie ont été promulguées après la guerre. En 1982, intervient l’«ultime normalisation administrative», la «révision de carrière». L’OAS a été réhabilitée... Quelle hypocrisie... le général de Bollardière, n’a pas été réhabilité pour avoir été contre la torture. Si la torture était pratiquée aussi dans l’autre camp, il n’y a pas cependant de concurrence victimaire du même ordre. C’est dire si le mal est profond. La France n’est pas prête d’assumer sa faute.

(ADMINISTRATEUR)

**************************************************

Un certain nombre de tombes servent de "pèlerinages" pour "honorer" ceux qui ont "défendu" l’Algérie Française, c’est-à-dire, soit d’anciens officiers et généraux putschistes, soit les 4 condamnés à mort pour leur crimes, et fusillés. Ces derniers sont considérés comme des "héros" et vénérés, encore aujourd’hui, et tout particulièrement avec une vigueur encore plus grande, depuis 2002.

Cette liste, n’est pas exhaustive, elle donne quelques éléments glanés qui concernent les tombes du :

Commandant Paul Bazin à Garches (92)

Lieutenant Roger Degueldre à Versailles (78)

Colonel Jean-Marie Bastien-Thiry à Bourg-la-Reine (92)

Claude Piegts au Touvet (38)

Le Général Salan à Vichy (03)

Le Général Jouhaud à Royan (17)

ou Albert Dovecar, Claude Tenne, Chateau, Lanzi, Mei,…

(EXTRAIT SITE HENRI POUILLOT)

**************************************************

 

DES INITIATIVES NOMBREUSES SERONT ORGANISEES…

LA FNACA SERA PRESENTE PARTOUT

Dans les tous prochains jours ou mois… des initiatives nombreuses seront organisées, dans toutes les régions. La FNACA sera présente partout. Ne perdons pas de temps pour rencontrer les personnalités politiques, et leur soumettre nos revendications d’anciens combattants, sans oublier de leur rappeler que la FNACA n’acceptera qu’une seule date de commémoration (digne de ce nom) marquant le cessez-le-feu de la guerre d’Algérie : le 19 mars 1962… Car 2012 cela fera 50 ans que cette « sale » guerre a pris fin.

(ADMINISTRATEUR)

 

 

 




 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :