Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Botsorhel (Finistère)

br87_2010881_1_px_470_.jpghttp://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Une-stele-du-19-mars-1962-inauguree-_22132-avd-20120321-62471646_actuLocale.Htm

Une stèle du 19 mars 1962 inaugurée - Botsorhel

C'est avec un jour d'avance sur la date officielle que la section de la FNACA a commémoré, dimanche, la fin de la guerre en Algérie. Une célébration à laquelle furent conviées les sections du secteur 6 et son président, François Kervarrec, car ce 50e anniversaire du cessez-le-feu, fut marqué par l'inauguration d'une stèle du 19 mars. Une stèle qui a pris place aux abords du nouveau rond-point, à proximité de l'école.

Après la prise de parole du président de la section, Jean Geffroy, a souligné l'aide apportée par la section de Plouigneau mais aussi de la municipalité pour mener à bien ce projet. François Kervarrec a dévoilé la stèle en rappelant que « Botsorhel était l'une des deux communes du secteur 6 qui n'avait pas encore de stèle. Quand nous avons créé notre section il y a quarante-deux ans, notre objectif était que chaque commune du secteur ait sa stèle ». François Kervarrec a également relaté, avec beaucoup d'émotion, des moments tragiques vécus durant ces années de guerre. « Nous les jeunes, nous étions tous des appelés, nous avons dû partir à 20 ans. Ce n'était pas de gaieté de coeur. Le jeune qui partait ne connaissait rien de la vie de militaire. Il ne savait pas ce qui l'attendait là-bas. » C'est le maire, Monique Quéré et le premier adjoint, Jonas Plusquellec, qui ont lu les messages officiels.

 

Sainte-Livrade (Haute-Garonne)

Inauguration

 de l'espace du 19 mars 1962

 http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/22/1312120-sainte-livrade-inauguration-de-l-espace-du-19-mars-1962.html

  Saintelivrade.jpg


Guy Darmanin président national de la FNACA aux côtés des élus./Photo DDM, Ch. L.

Dimanche 11 mars 2012, a été inauguré près de la mairie, l'Espace du 19 mars 1962, date du cessez-le-feu en Algérie et ce, suite à la demande des anciens combattants de la commune. De nombreuses personnalités avaient répondu présent à l'invitation de Sylviane Couttenier et de son conseil municipal : Guy Darmanin, président national et départemental de la FNACA, Jean-Jacques Mirassou, sénateur, Monique Iborra, députée, Marie-Claude Leclerc, conseillère générale, Louis Escoula, président de la communauté de communes de la Save au Touch et certains maires des communes voisines. Les présidents d'associations d'anciens combattants et victimes de guerre, les comités de la FNACA de Colomiers, Tournefeuille, Brax, Pibrac, Léguevin, Cadours, l'Isle-Jourdain et l'ARAC de Lévignac ont participé également à cette cérémonie sans oublier les 17 porte-drapeaux. Lors de son discours, Madame le Maire a rendu un émouvant hommage aux anciens combattants, soldats disparus et aux nombreuses victimes militaires et civiles, françaises comme algériennes. Guy Darmanin a chaleureusement remercié et félicité les élus de la commune qui, à travers l'inauguration de cet espace, ont voulu perpétuer le devoir de mémoire. Avant de saluer les porte-drapeaux, Sylviane Couttenier a souligné le travail remarquable de Jean-Paul Mélac qui a imaginé et bâti la stèle uniquement avec des matériaux de récupération.

 

Plérin (Bretagne)

Une stèle inaugurée à la cérémonie

 du 19 mars 1962

Plérinhttp://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Une-stele-inauguree-a-la-ceremonie-du-19-mars-1962-_22187-avd-20120323-62490493_actuLocale.Htm

 La commémoration du 50e anniversaire des accords d'Evian a été rehaussée par l'inauguration d'une stèle à la mémoire des soldats tombés dans les opérations d'Afrique-du-Nord. Elle a été dévoilée lundi soir par le sénateur-maire, qui a redit son attachement à la date du 19 mars pour cet hommage. « Le choix de cette date n'a pas pour vocation de nier la poursuite des combats après le 19 mars 1962, ni d'opérer un tri entre les victimes, a expliqué Ronan Kerdraon. Le 19 mars doit être envisagé comme une journée du souvenir qui rende hommage à toutes les victimes, y compris les rapatriés et les harkis. Nous avons déposé au Sénat une proposition loi allant dans ce sens. »

Trois anciens combattants ont été décorés lors de cette cérémonie : Louis Josse a reçu la médaille du titre de reconnaissance de la Nation et la médaille commémorative Algérie, Rinaldo Polano la Croix du combattant, la médaille du titre de reconnaissance de la Nation et la médaille commémorative Algérie, Bernard Talbourdet la médaille du titre de reconnaissance de la Nation. Joseph Got, président départemental de la Fnaca, a également remis une plaquette de remerciement au maire et à son adjoint à la vie associative Jean-Marie Bénier.

 

Saint-Jean-d'Angély (Charente-Maritime) 

  Une place du 19-Mars-1962

stjeand-angely.jpg

http://www.sudouest.fr/2012/03/22/une-place-du-19-mars-665439-1430.php

À l'occasion de la commémoration du cessez-le-feu du 19 mars 1962, la place du village est devenue « Place du 19-Mars-1962, Cessez-le-feu en Algérie » par décision du Conseil municipal. M. Garçonnet, président de la Fnaca ; Jean-Michel Charpentier, maire et Jean-Marie Roustit, conseiller général, ont manifesté beaucoup d'émotion lors de leurs interventions. Photo Claudine Sylvano

 

Lamativie/Comiac (Lot)

Des stèles pour entretenir la mémoire

http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/21/1311220-lamativie-comiac-des-steles-pour-entretenir-la-memoire.html

 Comiac.jpg


Inauguration de la stèle du souvenir à Comiac

 

C'était le point d'orgue des cérémonies commémoratives dans le canton de Sousceyrac. Samedi, le comité cantonal des Anciens Combattants d'Algérie a inauguré deux stèles, à Lamativie et Comiac : « Place du 19 mars 1962 - Cessez le feu en Algérie », à la mémoire des anciens d'Algérie. Cette cérémonie était présidée par Roger Clamagirand, accompagné de nombreuses personnalités et des pompiers de Sousceyrac.

Après le dévoilement de chacune des plaques, Roger Clamagirand et Michel Boy ont lu l'ordre du jour du général Ailleret du 19 mars 1962 puis le message national du 19 mars 2012. Les personnalités ont exprimé leurs sentiments. « Cette stèle immortalise la fin de la guerre d'Algérie, souligne Gilbert Larribe, maire de Lamitivie. On ne peut s'empêcher de penser aux quatre jeunes de la commune, mobilisés dans ce conflit sur une terre inconnue, loin de leurs familles ».

Pour Solange Maigne : « Un jour la paix a été retrouvée, épilogue de tant de souffrances… 30 000 jeunes, dont 60 Lotois, n'ont pas connu la joie du retour. Rendons hommage à ces jeunes gens. » « Pour tous, la date du 19 mars est légitime…, insistait Roger Clamagirand. La guerre d'Algérie est désormais enseignée avec objectivité et rigueur… Nous voulons que cette place du 19-Mars honore l'ensemble des morts de cette guerre : Français, Algériens et Marocains. »

« Ces stèles sont la mémoire de ceux qui sont décédés et de ceux qui sont revenus et témoignent de cette page douloureuse de notre histoire… Cette date du 19 mars est la seule qui vaille… », affirmait le député Jean Launay. Jean Philippe Colomb Delsuc, maire de Comiac intervenait à son tour : « Durant ma scolarité, il ne fut jamais question de la guerre d'Algérie et de sa terrible réalité où l'ordre de mission officiel de pacification cachait les mots de combat, ennemis, embuscades, morts pour une guerre inutile, où les Harkis ont été abandonnés à leur funeste destin. » « Aux souffrances de la guerre se sont ajoutés les souffrances et le déchirement du rapatriement de milliers de personnes, qui pour certaines foulèrent pour la première fois le sol français, concluait le conseiller général Jean-Pierre Boucard. Le devoir de mémoire doit se perpétuer : ces inaugurations en sont le symbole. »

  Léguevin (Haute-Garonne)

La FNACA inaugure

 l'espace du 19 mars 1962

http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/20/1309910-leguevin-la-fnaca-inaugure-l-espace-du-19-mars-1962.html

Leguevin.jpg

  C. Bloque, G. Darmanin, le maire Sylviane Couttenier, C. Pignol, J.-C. Benitteau./Photo DDM, R. D.

 

Mme Sylviane Couttenier, maire de Sainte-Livrade, son conseil municipal, le président Claude Pignol et le comité FNACA de Léguevin ont inauguré l'Espace du 19 mars 1962 du cessez-le-feu en Algérie, en présence de Guy Darmanin président national et départemental de la FNACA, du secrétaire départemental Jean-Claude Bloque et du responsable de secteur, Jean-Claude Benitteau. Etaient également présents à cette inauguration : Les maires du canton, Mme Iborra députée, Mme Leclerc conseillère générale, M. Mirassou sénateur. Les drapeaux des comités FNACA, de l'ARAC, des anciens combattants et victimes de guerre ; étaient présents autour du monument pour rendre hommage à toutes les victimes de cette guerre. Le maire et le président national de la FNACA dévoilèrent la plaque en présence d'une nombreuse assistance. Cette inauguration s'est clôturée autour d'un pot de l'amitié offert par la municipalité.

   

Béthunes (Pas-de-Calais)

Cinquante ans après le cessez-le-feu

 le 19 mars a enfin trouvé sa place

 914670-cinquante-4f672dad_jpg.jpg

http://bethune.lavenirdelartois.fr/actualite/Pays_d_Artois/Bethunois/2012/03/22/article_cinquante_ans_apres_le_cessez_le_feu_le.shtml

Le voile est levé sur le nouveau nom de la place de Gorre. Les enfants ont accompagnés le maire et l'un des soldats beuvrygeois à avoir fait l'Algérie lors de cette inauguration émouvante.

L'histoire retiendra que c'est à Beuvry que le comité du Béthunois de la FNACA (Fédération nationale des anciens combattants d'Algérie) a dévoilé sa première plaque.


Un demi-siècle après les accords d'Évian qui marquaient le cessez-le-feu en Algérie, les anciens soldats du Béthunois (241) qui ont combattu sur le sol nord-africain étaient rassemblés au hameau de Gorre pour dévoiler la plaque du 19-Mars-1962. L'émotion était au rendez-vous. La guerre d'Algérie, qui a déchiré la France à la fin des années 50, est encore dans les mémoires. « La fin de la guerre d'Algérie marquait aussi la fin des conflits engageant directement la France », souligne le président de la FNACA du Béthunois Serge Gogail.
Les anciens d'Algérie cherchaient depuis quelques années une place qui ne portait pas encore de nom pour la baptiser du nom du cessez-le-feu, « comme c'est le cas dans de nombreuses villes ». La municipalité beuvrygreoise a donné son accord, même si le maire Nadine Lefebvre aurait préféré que l'inauguration se fasse une fois les travaux terminés, mais difficile de laisser passer une date aussi significative que le cinquantenaire.
Près de 100 personnes étaient ainsi réunies sur la nouvelle place qui entre en quelque sorte dans l'histoire. Une affluence qui a ravi les anciens combattants de la FNACA. Ce qui les a touchés aussi, c'est que les enfants de l'école La-Fontaine de Gorre ont participé à cette cérémonie en venant déposer les cinquante roses qui représentent autant d'années de paix pour la France.
Les yeux des anciens soldats brillaient. Comme une reconnaissance tardive, mais une reconnaissance tout de même. « Il y a quand même eu 30 000 morts là-bas, dont douze de Béthune et deux de Beuvry », explique Serge Gogail, qui lui-même a passé vingt-huit mois en Algérie. Cette place, il l'a cherché pendant de longues années : « On voulait imposer le souvenir de nos combats, un peu comme pour le 8-Mai ou le 11-Novembre. C'est en quelque sorte une page de l'histoire que l'on a écrit. Cette plaque sera la mémoire de ces huit années de guerre. » Lui, le Verquinois, se souvient de ses années algériennes et ses yeux rougissent à l'évocation notamment des atrocités qu'il y a vues.
Son sentiment, cinquante ans après le cessez-le-feu, est cinglant : « Nous étions jeunes. La plupart était des appelés. On ne savait pas ce qui nous attendait là-bas, dans un pays que l'on ne connaissait pas. Mais à l'époque, on obéissait. Sur place, la vie était difficile. » Il reconnaît que dans les deux camps, l'utilisation de la torture était de rigueur. Mais ce qui l'a le plus attristé, c'est de voir qu'en rentrant en métropole, il a été, comme ses camarades, laissé à la société sans aucune aide. « Cela a été un moment très difficile, il a fallu tout recréer et en plus la guerre n'était pas reconnue comme telle », poursuit-il. Alors ne lui parlez pas de date officielle autre que le 19 mars et laissez-le savourer ce moment d'histoire gravé sur une plaque du côté de Gorre.

Marc VASSEUR

   

AUBUSSON (Creuse)

Inauguration d’une stèle du 19 mars 1962

http://www.lamontagne.fr/limousin/actualite/departement/creuse/aubusson/2012/03/28/inauguration-dune-stele-du-19-mars-1962-1128962.html

 Aubusson.jpg

 

Sur les hauteurs de Saint-Georges-Nigremont s’érige, depuis dimanche, la stèle du 19 mars 1962 pour le canton de Crocq. Elle se veut un lieu des mémoires apaisées.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :