Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

assem-2-700x300.jpg

http://www.olivier-veran.fr/51eme-congres-departemental-de-la-fnaca/ 

Samedi et dimanche, les adhérents de la Fédération Nationale des Anciens Combattants d’Afrique du nord (FNACA) tenaient leur 51ème congrès départemental à Crolles, accueillis par François BROTTES, maire de la commune. Lequel a inauguré, en présence des congressistes et des nombreuses personnalités venues assister au congrès, une stèle où sont désormais gravées les dates emblématiques du 11 novembre 1918, du 8 mai 1945 et du 19 mars 1962.

Album-39-0019-300x198--2-.jpg

J’ai pu m’exprimer, lors de la conclusion de ce rassemblement, au nom de l’ensemble des parlementaires socialistes isérois pour rappeler tout le respect et la reconnaissance que nous éprouvons pour ces hommes partis se battre pour la France alors qu’ils n’avaient à peine, pour la plupart, qu’une vingtaine d’années.

Un demi siècle après la fin de la guerre d’Algérie, la FNACA compte 335000 adhérents, dont 11200 en Isère répartis sur 175 comités locaux et cantonaux. Ils sont la mémoire bien vivante des hommes qui ont porté, et portent encore, des valeurs dans lesquelles nous pouvons assurément – cela transcende les questions générationnelles- tous nous reconnaître, car ce sont les valeurs de la République.

Album-39-0037-198x300--3-.jpg

Nous ne devons jamais oublier les tragiques combats qui se sont déroulés en Afrique du nord de 1952 à 1962, longtemps qualifiés d’opérations « de pacification », de « maintien de l’ordre », ou encore « d’événements ». Autant de dénominations qui s’inscrivent dans le silence qui a longtemps entouré cette période récente de notre histoire. Dix années de guerre qui ont tellement tu leur nom que les anciens combattants, eux-mêmes traumatisés par un conflit complexe, aux formes multiples, ont tardé à faire part de leur expérience. L’État porte une part indéniable de responsabilité dans ce mutisme qui a lourdement pesé sur les combats en Afrique du Nord.

La guerre terminée, une autre bataille a alors commencé pour les rescapés et les proches des disparus : le combat pour la reconnaissance et le travail de mémoire. La FNACA a joué un rôle déterminant en cherchant, sans relâche, à rompre le silence et à mettre en lumière l’exact déroulé de cette période de notre histoire. Grâce à sa persévérance et à son engagement, le gouvernement de Lionel Jospin a mis fin, le 18 octobre 1999, à un déni préjudiciable à la fois pour les combattants, pour leurs familles mais, plus largement, pour la Nation toute entière. L’adoption, il y a 14 ans, de la loi consacrant la reconnaissance légale et officielle de la Guerre d’Algérie a permis de poser la première pierre d’une prise de conscience individuelle et collective, passage obligé pour que cicatrisent les blessures et que puisse être enfin parcouru le chemin de la réconciliation de deux peuples.

Cette histoire est la nôtre. Elle est une partie indissociable de l’histoire de notre nation et par là même, de notre mémoire collective, à travers les âges, à travers les générations. Comment imaginer nous tourner sereinement vers l’avenir, sans avoir au préalable appréhendé, accepté, intégré, avec franchise et humanité, de ce qui s’est passé il y a seulement 50 ans ?

Au fil des années, la FNACA a su œuvrer pour libérer la parole et faire reconnaître cette guerre, et donc ses acteurs, par les autorités publiques. Au cœur de ce congrès, bien évidemment, la journée du 19 mars, enfin reconnue Journée Nationale du Souvenir et de Recueillement à la mémoire des Victimes civiles et militaires de la Guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc, depuis novembre 2012.

Nous étions, parlementaires, d’ailleurs présents ce 19 mars 2013, sous l’Arc de Triomphe, pour cette première cérémonie officielle du 50ème anniversaire du cessez-le-feu commémoré en souvenir des 30 000 soldats tombés en Afrique du Nord.

La reconnaissance du 19 mars, n’est pas qu’un symbole. C’est la reconnaissance d’un combat mené depuis des années pour défendre les droits matériels mais aussi moraux des anciens combattants, de leurs épouses, de leurs enfants, des veuves et des orphelins victimes de cette guerre.

Nous connaissons tous les contraintes budgétaires de notre pays et le peu de marges de manœuvre liées à la hauteur de notre endettement, qui s’est considérablement aggravé ces dernières années. Le Gouvernement et sa majorité ont tenu néanmoins à ce que le budget alloué aux anciens combattants soit préservé. En 2014, ce seront 2,85 milliards d’euros, hors pensions, qui seront alloués à la mission « Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation ». Ils financeront notamment la retraite du combattant, soit environ 1 million d’Anciens combattants d’Algérie.

Plusieurs des attentes de la FNACA pourront ainsi être satisfaites. Je pense, en particulier, à deux promesses qui vous avaient été faites.

 Album-39-0049-300x198--1-.jpg

La première concerne l’allocation différentielle au profit des conjoints survivants démunis. Grâce à leur volontarisme et à leur ténacité, les associations et les parlementaires avaient obtenu la mise en place de ce système. Ils en demandaient légitimement la revalorisation : le montant du plafond garanti sera en conséquence relevé au moins à 932€ à compter de l’année prochaine, avec l’objectif d’atteindre le niveau du seuil de pauvreté (fixé par l’INSEE à 977€). C’est une question de justice sociale.

 La seconde attente touchait au fonctionnement et aux moyens attribués à l’Office national des Anciens Combattants et victimes de guerre (ONAC-VG). Il bénéficiera, comme l’engagement avait été pris, d’une augmentation de son budget afin qu’il puisse remplir au mieux sa mission d’accueil, d’écoute et d’aide aux anciens combattants et à leurs familles. Par ailleurs, les démarches, souvent complexes, qu’ils doivent effectuer vont être simplifiées, tout comme les structures existantes.

Monsieur Kader ARIF, ministre délégué auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants, a également décidé de consacrer 13 millions d’euros à l’ouverture de nouveaux droits en 2014, soit 7 millions de plus que l’année précédente. Parmi ces droits nouveaux, la mise en place de la mesure de la carte dite « à cheval » sur le 2 juillet 1962 qui prévoit l’extension du bénéfice de la carte du Combattant aux militaires ayant servi en Afrique du Nord pendant 4 mois. Cette mesure concrétise un engagement pris lors du congrès national à Bastia et rétablit l’équité au sein du monde combattant. Des budgets seront également dédiés à l’amélioration la prise en charge des invalides mutilés grâce au financement intégral de prothèses nouvelle génération et à la mise en place d’un guichet unique pour simplifier le dépôt et le traitement des dossiers des rapatriés et anciens combattants harkis (ONAC-VG). Ce sont des mesures très concrètes, dont l’impact est réel au quotidien.

Il est important enfin de souligner le soutien renforcé à la politique mémorielle : 6 millions d’euros supplémentaires sont alloués pour l’année 2014, laquelle sera riche en événements et en commémorations.

Le désir d’être reçus par le Président de la République, notamment pour évoquer les Disparus d’Abdellys, est revenu à plusieurs reprises au cours de ce congrès. Nous, parlementaires socialistes isérois, nous sommes engagés à relayer cette demande au plus vite.

une-stele-devoilee-rue-du-19-mars-1962.jpg

Une stèle dévoilée rue du 19-Mars-1962

Le travail mené au quotidien par la FNACA pour transmettre l’expérience de ses membres, leurs souvenirs, leurs réflexions, leurs valeurs, est nécessaire pour rappeler aux jeunes générations, qui n’ont connu que la paix, que celle-ci a été gagnée au prix du sacrifice de générations entières. Ce devoir de mémoire doit être soutenu, favorisé et concrétisé par une politique forte en faveur de la transmission de cet héritage qui contribue indéniablement à notre identité commune et collective.

Merci à la FNACA et à ses adhérents de faire vivre depuis des années les valeurs de la République au service de tous les citoyens, et de nous permettre de garder les yeux grands ouverts vers l’avenir.

francia.gif

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :