Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lundi 26 mars 2012

A jean.riss@orange.fr,

Monsieur,

Vous avez fait parvenir, ici, un message à l’intention de Jean-François Gavoury. Je le lui avais immédiatement transmis, et il a essayé de vous répondre à l’adresse électronique  que vous aviez indiquée … ou derrière laquelle vous vous êtes dissimulé plus exactement, car cette adresse est invalide. C’est donc sur ce blog que Jean-François Gavoury vous répond.

Michel Dandelot 

 

 

VOTRE MESSAGE

Bonjour,

Un commentaire vient d'être posté par Riss Jean sur l'article De la part de Jean-François Gavoury "Répression de l'apologie du terrorisme - Lettre (ouverte) de victime de l'OAS au Président de la République", sur votre blog BLOG NON OFFICIEL FNACA REGION BOURGOGNE


Monsieur Gavoury !

Votre lettre serait sans reproche si vous n'omettiez volontairement bien sur de parler des crimes que le FLN faisait subir à toute une population, en Algérie et en France métropolitaine depuis... 1954 !

Depuis 1954, Mr Gavoury, des milliers d'innocents tombaient sous le couteau des égorgeurs ou dans les explosions des bombes de vos amies "porteuses de feu". Depuis 1954, le terrorisme FLN faisait tomber sous ses coups de simples Gardiens de la Paix, ici, sur le pavé parisien. Mais vous, Mr Gavoury, vous ne nous parlez que de l'OAS, entre... 1961 et 1962 en oubliant aussi que durant cette courte période le FLN fit beaucoup plus de victimes qu'en 7 ans de guerre terroriste!
Votre père, Mr Gavoury, est venu à Alger comme fonctionnaire de police chargé de la lutte contre l'OAS ! En service commandé donc ! Il a été abattu dans l'exercice de ses fonctions contre l'ennemi qu'il était chargé de combattre et cet ennemi s'est défendu ! J'admets que les honneurs lui soit rendus, comme à tous les policiers victimes du Devoir, et il y en eut beaucoup qui tombèrent sous les balles des terroristes FLN, mais entendre vos incessantes diatribes contre les anciens partisans de l'Algérie française aujourd'hui disparue, non,  Mr Gavoury ! Vous en faites beaucoup trop !

 

REPONSE DE JEAN-FRANCOIS GAVOURY

Envoyé : lundi 26 mars 2012 00:45
Objet : Répression de l'apologie du terrorisme - Lettre (ouverte) de victime de l'OAS au Président de la République - Suites.
Importance : Haute

 

Paris, 26 mars 2012.

Monsieur,

Le responsable du blog (non officiel) de la FNACA-région Bourgogne a bien voulu - et je l’en remercie ! - me faire suivre le commentaire qui vous a été inspiré par ma récente démarche engagée auprès du Président de la République et de la représentation nationale.

Je ne souhaite pas entretenir avec vous, ni avec quiconque, une polémique stérile.

Je puis simplement attirer votre attention sur le fait que, face aux deux colonnes latérales du Mémorial national des Morts pour la France en AFN (quai Branly à Paris), où je suis présent tant le 5 décembre que le 19 mars, je ne cherche à établir aucune distinction entre les victimes du FLN et celles de l’OAS.

M’imagineriez-vous insensible au sort, notamment, de ces milliers de Français, appelés du contingent, tués du fait, en particulier, du FLN et dont la FNACA a vocation à honorer la mémoire comme celle de toutes les victimes de la guerre d’Algérie ?

Croyez-vous que la stèle élevée en juin 2005 dans la cour de l’École qui forme les commissaires de police à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or ne comporte que des noms de fonctionnaires assassinés par l’OAS ? Et aurais-je dû, selon la logique que vous me prêtez, m’abstenir d’assister à son dévoilement au prétexte qu’elle mêle les victimes de deux camps ?

Que vous le vouliez ou non, mes adversaires se situent ailleurs que parmi les anciens partisans de l’Algérie française : ceux que je vise dans ce que vous appelez mes "diatribes" sont les anciens activistes d’une organisation terroriste qui érigent en combattants, martyrs et héros des déserteurs et des factieux d’une lâcheté totale, mus par une idéologie criminelle et raciste.

Deux d’entre eux ont été condamnés à mort au terme d’une semaine d’un procès ayant débuté il y a cinquante ans jour pour jour.

C’est pour rendre hommage à leur victime, mon père, que je me rendrai ce lundi 26 mars 2012 au Mémorial du quai Branly afin d’y voir défiler son nom.

Acceptez, Monsieur, mes sincères salutations.

Jean-François Gavoury

 

 

 

 

Tag(s) : #Associations