Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
Roms, Tsiganes, Gitans et toutes les communautés des "Gens (dits) du voyage" ne cessent depuis des siècles de subir la suspicion quand ce n'est pas l'oppression.
En France, ce sont plus de 6000 Tsiganes qui furent internés dans des camps au cours de la Seconde Guerre mondiale. Un épisode méconnu, qu'il est bon d'avoir à l'esprit.
 
 
LES SAINTES-MARIES-DE-LA-MER 

  saintes-20maries-20de-20la-20mer.jpg

Roms, Manouches, Tsiganes et Gitans arrivent des quatre coins d’Europe et même d’autres continents pour vénérer leur Sainte, Sara la Noire. Ils s’installent dans les rues, sur les places, au bord de la mer. Pendant huit à dix jours, ils sont ici chez eux. Le pèlerinage est aussi l’occasion de retrouvailles et la plupart des enfants sont baptisés dans l’église des Saintes.

A la suite de la descente des châsses le 24 mai, la statue de Sara est portée par les gitans jusqu’à la mer pour symboliser l’attente et l’accueil des Saintes Maries par Sara, patronne des gitans. La procession revient alors à l’église dans la joie des acclamations, des instruments de musique et du carillon des cloches de l’église.

La statue de Sara se trouve dans la crypte de l’église, à droite de l’autel, revêtue de robes multicolores et de bijoux.

 legendes.jpg

Le village des Saintes-Maries-de-la-Mer, terre d’accueil, de tradition et de pèlerinage, est construit entre ciel et mer, là où le Rhône embrasse la Méditerranée.

Site de légende, son rivage accueillit, à l’aube de la chrétienté, Marie Jacobé, Marie Salomé et leur servante Sara, chrétiennes persécutées fuyant la Palestine sur une barque sans gouvernail.

Le village offre au visiteur  l’image de son église altière et protectrice et promet une visite riche d’émotions sous une lumière toujours nouvelle.

A l’ombre de son clocher roman, le visiteur flâne dans les ruelles pavées, sur les traces des pèlerins. Du toit de l’église, le regard à l’affût, nez et cheveux au vent, il se laisse gagner par l’émotion des grands espaces, scènes futures de découvertes et de rencontres chaleureuses avec les hommes et les femmes manadiers qui cheminent à cheval sur les pâturages de taureaux promis à un avenir glorieux.

Du village, ses pas le guident vers les dunes, les plages de sable fin, les vastes étendues de roseaux et les manades. Amoureux de nature et de grands espaces, il goûte aux joies des promenades pédestres et équestres, admire le ballet des oiseaux, cède à l’ivresse de la navigation et de la glisse par grands vents.

Les Saintes-Maries-de-la-Mer s’érigent en capitale pour qui s’éprend de la Camargue,  envoûté par sa beauté sauvage, sa culture et ses traditions vivantes et authentiques.

 

 

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :