Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

logo_gazette.png

http://www.gazetteinfo.fr/2012/03/19/guerre-dalgerie-50eme-anniversaire/

Guerre d’Algérie / 50eme anniversaire du cessez-le-feu : « Un héritage douloureux »

Non commémoré par l’Etat, le 50eme anniversaire du cessez-le feu de la guerre d’Algérie a été l’occasion de nombreux rassemblements dans toute la France.

DSCN0696.jpg

Photos Darya Bachevskaya.

En Côte-d’Or, une centaine de manifestations ont permis de rendre hommage ce lundi 19 mars aux 30 000 soldats français tombés en Afrique du Nord lors de huit années de guerre qui ont marqué l’histoire de la France. A Dijon, une grande cérémonie, organisée par la FNACA (Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie) s’est tenue place Gaston-Gérard devant le Mémorial AFN de la Côte-d’Or à l’occasion du cinquantenaire du cessez-le-feu en Algérie, instauré par les accords d’Evian signés par les représentants de la France et du Front de Libération Nationale (FLN).

Une date de commémoration qui continue de verser dans la polémique. En effet, l’Etat a décidé de n’organiser aucune commémoration nationale pour cet anniversaire. La date officielle fixée par l’Etat pour l’hommage aux victimes de cette guerre est celle du 5 décembre. « Cela ne correspond à aucune date connue de la guerre d’Algérie » conteste la FNACA. Marc Laffineur, secrétaire d’Etat aux anciens combattants, argumente : « Si le 19 mars évoque la joie du retour des militaires français dans leur famille, il marque également l’amorce d’un drame pour les rapatriés, contraints au déracinement, et le début d’une tragédie pour les harkis, massacrés dans les semaines qui suivirent, au mépris des accords d’Evian. » La FNACA regrettait « l’absence des autorités militaires et civiles » et le manque « d’ouverture » du secrétaire d’Etat. « Nous sommes écœurés de cet acharnement à notre encontre » conclue l’association d’anciens combattants.

   DSCN0693.jpg

INTERVIEW de Michel Gillant, président du FNACA Côte-d’Or

GazetteINFO.fr : En Côte-d’Or, la mobilisation est forte pour ce 50eme anniversaire du cessez-le feu de la guerre d’Algérie…

 Il y a une centaine d’événements qui sont organisés aujourd’hui par les 49 comités de la FNACA (Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie). Et c’est ça dans toute la France. C’est une commémoration qui a une ampleur vraiment exceptionnelle. Et ce malgré les actions de certains qui ne veulent pas reconnaître… Nous honorons uniquement la fin de la guerre officielle. Alors que l’on veut mélanger les commémorations civiles. Pour 1939-45, il y a eu la fin de la guerre le 8 mai mais d’autres commémorations, comme pour les déportés, sont organisées. Pourquoi, pour les civils qui ont été tués en Algérie, nous ne ferions pas également une autre date qui irait au-delà du cessez-le-feu ?

DSCN0655.jpg

La Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie est en colère contre les médias. Pourquoi ?

Les médias n’arrivent pas à placer le 19 mars comme date du cessez-le-feu. Ils parlent du 18 mars et des accords d’Evian, mais le 19 mars, ils l’occultent complètement. C’est peut-être une volonté pour ne pas créer de conflits entre les différentes organisations ? Mais nous sommes outrés par cela. France 2, dans une émission spéciale, n’a pas parlé une seule fois du cessez-le-feu et du 19 mars 1962…

DSCN0684.jpg

Aujourd’hui, 50 ans plus tard, quel héritage de cette guerre ?

L’héritage est douloureux et je pense que le deuil n’est pas fait pour certains. On n’écrit jamais l’histoire du temps des vivants. Je pense que la nouvelle génération devra débroussailler tout ce qui s’est passé. Ce ne sera pas simple. Le point positif, c’est qu’il n’y a plus de guerre en France depuis trois générations. Tant qu’il y aura des anciens combattants, qui disparaissent les uns après les autres, le devoir de mémoire sera maintenu. Mais après ? Que se passera-t-il ? Comment les jeunes se comporteront devant ce devoir de mémoire qui rappelle ce qui était une guerre…

DSCN0691.jpg

Du côté algérien, les plaies sont-elles refermées ?

La FNACA a eu des contacts avec les anciens combattants d’Algérie, et ça ne se passe pas forcément très bien. Une partie ne va pas accepter la main tendue. Ca se passe plus mal qu’avec l’Allemagne. C’était une guerre particulière… Une guérilla, ce n’est jamais bien propre.

DSCN0710.jpg

Confirmez-vous qu’il existait une censure importante autour de cette guerre ?

Oui, il y avait une censure sur la métropole. C’est certain. Les Français ne savaient pas vraiment ce qu’il se passait là-bas. A part, les familles impliquées. La Chapelle Sainte-Anne, où arrivaient toutes les dépouilles des militaires, il n’y avait aucune cérémonie officielle et ça ne passait jamais dans les journaux. C’était une volonté politique de ne pas parler de l’Algérie. Sur ce conflit, les politiques ont été nuls du début à la fin.

 DSCN0652.jpg

DSCN0699.jpgDSCN0721.jpg

Tag(s) : #Associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :