Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sur le plan national l’UNC annonce :

| MARCHE SILENCIEUSE A BAYONNE LE 19 MARS

 (21 Février 2011)

   


Une Marche silencieuse à Bayonne est prévue le Samedi 19 Mars 2011.

Le rendez-vous est fixé à 9h30 à l'angle du Rond-Point Saint-Léon et des Allées Paulmy.
Le départ de la marche aura lieu à 10h30. Elle remontera les allées Paulmy pour rejoindre la Mairie de Bayonne, où le Député-Maire Jean Grenet devrait recevoir une délégation.

Tous logos et slogans politiques seront bannis de cette marche.

Des tracts pour expliquer le 'pourquoi' de cette marche seront distribués, afin que plus jamais personne ne puisse dire :
' Je ne savais pas '

Pour tout renseignement, contacter Monsieur Jean-Yves Barrère : jyves.barrere@orange.fr

 

Notre commentaire : L’UNC, en annonçant une marche silencieuse à Bayonne, pour le 19 mars, sans logos et slogans politiques  semble être en net retrait par rapport à ce qu’annoncent les nostalgiques extrémistes qui veulent, nous citons « contrecarrer et dénoncer les provocations des membres de la FNACA et mettre un terme à la collaboration des autorités civiles et militaires aux cérémonies illicites du 19 mars 1962 », il semble aussi que l’ANFANOMA  et la MAFA seront absentes. Décidément les associations principales paraissent prendre leur distance avec la poignée de trublions très politisés, adeptes de l’extrême droite... elles paraissent bien prudentes... ces associations.
  
 Sur le plan local l'UNC propose :

 

ARTHEZ-DU-BEARN

L'UNC veut unifier les commémorations

 

La section arthézienne des anciens combattants de l'UNC s'est réunie en assemblée générale, samedi 29 janvier, à la salle des fêtes de Lacadée.

 

Trois dates clés

 

Abel Lapeyrigne et Claude Passe, président départemental du groupe béarnais de l'UNC, ont ensuite insisté, chacun leur tour, sur la nécessité de limiter le nombre de commémorations en les unifiant : « À force de multiplier les journées de mémoire, la force symbolique s'affaiblit dangereusement, ont-ils précisé. »

Ils proposent donc qu'on s'en tienne à trois dates clés : « Le 8 mai, pour rappeler les massacres commis dans le monde par la barbarie humaine ; le 14 juillet, pour la Fête nationale ; le 11 novembre, pour célébrer les morts pour la France, de toutes les guerres. »

Dans ce même esprit, Claude Passe va demander à la maire de Pau que toutes les stèles et statues éparpillées aux quatre coins de la ville soient réunies dans une sorte de jardin du souvenir, au-dessus de la gare, afin de faciliter la sensibilisation des générations actuelles à cet indispensable devoir de mémoire.

 

Notre commentaire : Voilà ! ceux-là veulent  tout « balayer », de cette façon on ne parlera plus du 19 mars, ni du 5 décembre, ni de la guerre d’Algérie… solution de facilité… On ne manque pas d’imagination dans le Béarn.  

Tag(s) : #Associations